Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Î.-P.-É. : la communauté d'affaires préoccupée par la hausse du salaire minimum

La Chambre de commerce de la grande région de Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard, est d'avis que la province devrait adopter une meilleure stratégie en ce qui a trait au salaire minimum.

Le gouvernement a annoncé mercredi une augmentation du salaire minimum à 11,25 $ le 1er avril.

La chambre de commerce s'est montrée préoccupée par cette annonce qu'elle qualifie de soudaine.

« C'est très difficile pour les propriétaires d'entreprises de s'adapter à une augmentation du salaire avec seulement un mois d'avis », a expliqué la directrice générale Penny Walsh McGuire.

Elle a aussi rappelé qu'il y a eu deux hausses du salaire minimum l'an dernier.

Une stratégie à long terme

La communauté d'affaires suggère au gouvernement d'adopter une stratégie à long terme. Cette stratégie devrait, selon elle, inclure un processus d'examen qui comprendrait des consultations, un engagement à ajuster le salaire minimum à l'indice du prix à la consommation et de déterminer les dates pour les augmentations.

De son côté, la Fédération du travail de l'Île-du-Prince-Édouard a appuyé mercredi la hausse du salaire minimum.

« C'est une bonne nouvelle pour ceux qui ont de la difficulté à payer leurs factures. Ça injectera plus d'argent dans l'économie parce que les gens dépensent ce qu'ils gagnent », a dit le président de la fédération, Carl Pursey.

Le salaire minimum à l'Île-du-Prince-Édouard est le plus élevé en Atlantique.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.