NOUVELLES
23/02/2017 07:25 EST | Actualisé 24/02/2018 00:12 EST

Grèce : offensive gouvernementale pour gérer la dette privée

Le gouvernement grec va créer 120 bureaux d'ici fin juin pour informer les particuliers endettés des moyens de régler leurs dettes vis-à-vis des banques, a-t-on appris jeudi auprès du Secrétariat gouvernemental pour la "gestion de la dette privée" (Egdih).

Le premier bureau sera inauguré mardi près d'Athènes par le ministre de l'Economie et du Développement, Giorgos Stathakis, sous l'égide duquel opère l'Egdih, a indiqué jeudi Harris Savvidis, responsable de communication, au cours d'une présentation du local de ce bureau.

"Il s'agit d'une première en Grèce", a précisé à l'AFP M. Savvidis, ajoutant que 240 fonctionnaires seront mutés dans ces 120 bureaux, "créés à l'instar de ceux qui existent déjà en Irlande, en Italie ou au Portugal".

Après sept ans consécutifs de crise, la dette des particuliers envers les banques, concernant surtout les prêts immobiliers ou à la consommation, s'élève à environ 20 milliards d'euros, selon les chiffres officiels.

D'ici la fin de l'année, trente autres bureaux, sortes de "hubs" selon M. Savvidis, seront créés pour conseiller et orienter ces particuliers, et des juristes et économistes y seront embauchés, grâce à des fonds européens.

Au total, 40.000 particuliers devraient être servis par an par ces bureaux et 1.800.000 via une plateforme électronique opérationnelle à partir de mardi, a indiqué Fotis Kormoussis, secrétaire général du service.

Cette tentative du gouvernement s'inscrit dans "le cadre des programmes parallèles pour parer aux répercussions de la crise", souligne M. Savvidis.

Au total, la dette privée de la Grèce en 2016 a atteint 240 milliards d'euros, soit 133% du PIB, dont 45% sont des prêts bancaires non remboursés concernant notamment les entreprises.

Cette dette entrave la croissance. Une loi a récemment été adoptée pour restructurer les créances douteuses.

hec/od/glr