NOUVELLES
23/02/2017 06:50 EST | Actualisé 23/02/2017 06:50 EST

L'ÉI force des enfants et handicapés à faire les kamikazes

NurPhoto via Getty Images
Rohingya refugee kids in Kutupalong Refugee Camp, Cox's Bazar, Bangladesh on February 13, 2017. After attacks by Rohingya militants on border police posts on October 9, 2016, the Burmese military undertook a series of clearance operations in northern Rakhine State. Security forces summarily executed men, women, and children; looted property; and burned down at least 1,500 homes and other buildings. More than 69,000 Rohingya fled to Bangladesh. Currently the number is more than 70,000. (Photo by Turjoy Chowdhury/NurPhoto via Getty Images)

Le groupe Etat islamique force des enfants et des handicapés à conduire des camions piégés et à se faire exploser au milieu des forces irakiennes, a affirmé un général américain.

Les camions ou voitures blindées, bourrés d'explosifs et conduits par un kamikaze - connus sous l'acronyme anglais de VBIED (bombe artisanale transportée par un véhicule) - sont une arme ordinaire dans l'arsenal des jihadistes aussi bien en Irak, qu'en Syrie ou en Afghanistan.

Le général américain Matt Isler affirme que l'EI doit forcer les chauffeurs parce qu'il ne trouve plus de volontaires et y voit un signe de la défaite inévitable du groupe jihadiste.

"Nous avons vu des gens menés de force à une VBIED comme chauffeur, poussés à l'intérieur et enchaînés dedans", a raconté le général, lors d'un entretien cette semaine avec un groupe de journalistes accompagnant le nouveau ministre américain de la Défense, le général Jim Mattis, en Irak.

"On a vu des enfants poussés dans une VBIED comme chauffeur, des gens incapables de marcher...Je ne sais pas s'ils ont signé pour la mission", a-t-il ajouté.

Selon lui, les forces de la coalition internationale anti-EI menée par les Etats-Unis ont pu observer, à de nombreuses reprises, des VBIED se détourner de leur objectif au dernier moment pour s'abriter derrière des bâtiments ou une autre structure.

"Et là on voit une patrouille de l'EI partir à la recherche de la VBIED qui est ASM (absente sans motif, en acronyme de l'armée), on voit le commandement de l'EI se demander où est passé le chauffeur de sa VBIED, on a vu plusieurs chauffeurs" disparaître, explique le général.

Enchaîner les chauffeurs semble être une tactique assez récente de l'EI, apparue lorsque les forces irakiennes sont arrivées sur la rive du Tigre lors de l'opération de libération de Mossoul-Est, a-t-il précisé.

VOIR AUSSI: