NOUVELLES
23/02/2017 01:23 EST | Actualisé 24/02/2018 00:12 EST

Cyberattaque en Allemagne: un Britannique arrêté à Londres

Les polices allemande et britannique ont annoncé jeudi l'arrestation d'un Britannique, suspecté d'être à l'origine d'une cyberattaque qui avait bloqué l'accès à internet de plus d'un million de foyers allemands en novembre.

L'homme de 29 ans a été interpellé mercredi "à l'aéroport de Luton" (nord de Londres) par des agents de l'Agence nationale britannique contre le crime (NCA), sur la base d'un mandat d'arrêt européen délivré par le parquet de Cologne, ont précisé la police fédérale allemande et le NCA.

Le parquet compte par ailleurs demander son extradition.

Il est soupçonné d'être à l'origine de la cyberattaque qui avait engendré, dans toute l'Allemagne, des difficultés de connexion à internet, à la téléphonie fixe et/ou à la télévision de "plus d'un million" de foyers clients de l'opérateur allemand Deutsche Telekom (20 millions d'abonnés fixes en Allemagne), les 27 et 28 novembre derniers, rappelle la police allemande dans un communiqué.

L'attaque avait aussi touché en Grande-Bretagne environ 100.000 clients des opérateurs TalkTalk, KCom et Post Office, selon l'agence allemande dpa.

"Le but supposé (...) consistait à prendre contrôle du routeur afin d'y intégrer un +botnet+" qui sert à pirater d'autres machines et à les utiliser à l'insu de leurs propriétaires, explique la police allemande.

Le suspect comptait ensuite utiliser ce réseau sous son contrôle pour proposer, "moyennant finances", ses services de hacker sur le Darknet, la partie d'internet non référencée dans les moteurs de recherche classiques offrant un plus grand degré d'anonymat à ses utilisateurs, selon la même source.

L'interpellation est le fruit d'une coopération entre les autorités allemandes, britanniques et chypriotes, avec la participation d'Europol et d'Eurojust, précise le communiqué de la police allemande.

Le suspect, poursuivi pour "sabotage informatique", encourt entre 6 mois et 10 ans de prison en Allemagne.

L'origine de la cyberattaque, qui n'avait pas été immédiatement identifiée, avait relancé les spéculations quant à une possible intervention de hackers russes.

A plusieurs reprises, les renseignements allemands ont accusé les services secrets russes de mener des campagnes internationales de cyberattaques à des fins d'espionnage et de sabotage. En Allemagne, la chambre basse du Parlement (Bundestag) et des partis politiques ont notamment été visés.

bur-dsa/alf/cr