NOUVELLES
23/02/2017 13:25 EST | Actualisé 24/02/2018 00:12 EST

Coups de feu dans l'est de Montréal: un homme accusé de tentatives de meurtre

MONTRÉAL — Un individu âgé de 56 ans au lourd passé judiciaire a été accusé jeudi de six chefs d'accusation relativement à deux vols à main armée survenus au début du mois de février dans l'est de Montréal.

La Couronne a décrit Jacques Bolduc, de Saint-Lin-Laurentides, comme un individu représentant un danger pour la société.

«M. Bolduc est un homme qui a un très lourd passé judiciaire, c'est quelqu'un qui a eu des peines substantielles d'emprisonnement dans le passé. La dangerosité nous amène à nous objecter à sa remise en liberté», a déclaré le procureur Martin Chalifour.

Jacques Bolduc, qui a comparu par vidéoconférence, fait face à deux chefs d'accusation de tentative de meurtre, deux chefs de vol qualifié et deux chefs d'avoir déchargé intentionnellement une arme à feu sans se soucier de la vie ou de la sécurité d'autrui.

La police a reçu des renseignements qui ont mené à l'arrestation de l'individu à Saint-Donat, dans Lanaudière, mercredi. Elle avait demandé l'aide de la population après que deux personnes eurent été blessées par des coups de feu lors d'autant de tentatives de vol dans l'est de Montréal.

Le 6 février, un homme avait été atteint à la poitrine après avoir refusé de remettre ses clés d'auto et un cellulaire. Le lendemain, une femme a été atteinte au haut du corps lors d'un vol survenu dans un dépanneur. Le suspect s'était ensuite enfui par le métro.

Le suspect n'avait pas le droit de posséder une arme à feu, mais l'en accuser n'est pas une priorité pour la Couronne en ce moment.

«C'est extrêmement secondaire compte tenu de la gravité des crimes qui lui sont reprochés, a dit Me Chalifour. Il fait face à des peines minimales de quatre ans pour chacun des chefs et on parle de possibles peines d'emprisonnement à perpétuité.»

S'il est reconnu coupable, Jacques Bolduc sera incarcéré pour une longue période de temps, a ajouté le procureur, qui envisage aussi de le faire déclarer délinquant dangereux.

L'homme était en liberté depuis 2014. Il s'était alors engagé à garder la paix et une bonne conduite pendant une période de deux ans. Cet engagement a pris fin l'été dernier, a mentionné Me Chalifour.

Jacques Bolduc reviendra en personne devant le tribunal, vendredi. Une date sera alors annoncée pour une audience en vue d'une éventuelle libération conditionnelle.