DIVERTISSEMENT
21/02/2017 12:01 EST | Actualisé 21/02/2017 12:06 EST

Vous ne lirez pas les mémoires de Mick Jagger de sitôt: il a oublié les avoir écrits

ASSOCIATED PRESS
Rolling Stones singer Mick Jagger performs during a concert in Hayrkon Park in Tel Aviv, Israel, Wednesday, June 4, 2014. (AP Photo/Ariel Schalit)

Mick Jagger aurait-il un trou de mémoire? Le chanteur du groupe rock The Rolling Stones depuis 55 ans ne se souviendrait plus avoir écrit ses mémoires dans les années 1980.

C'est en tout cas ce qu'affirme l'éditeur britannique John Blake, actuellement en possession du manuscrit selon ses dires. L'éditeur a signé une tribune le 18 février dans The Spectator pour expliquer la situation ironique dans laquelle il se trouve. Ainsi, il n'a pas l'autorisation de publier le "chef d'œuvre" de Mick Jagger, qui offre selon lui une "extraordinaire introspection de l'une des trois plus grandes rock stars de tous les temps (les deux autres étant bien sûr Elvis Presley et John Lennon)", car le premier intéressé affirme ne pas se souvenir de sa rédaction.

La diffusion de ces mémoires aux 75 000 mots a depuis le début été semée d'embûches. À leur création, aucun éditeur ne souhaitait en prendre la responsabilité, car ils semblaient faire l'apologie du sexe et de la drogue. Aujourd'hui, acceptés fièrement par John Blake, qui les a acquis il y a trois ans, ils ne peuvent pas être publiés pour un problème de droit d'auteur.

L'éditeur revendique pourtant leur potentiel financier qualifié de "J.K Rowlingesque", une référence aux 450 millions de livres Harry Potter vendus à travers le monde.

«You Can't Always Get What You Want»

Joyce Smyth, gérant du groupe The Rolling Stones, a expliqué à The Guardian le 17 février: "John Blake m'écrit de temps en temps pour me demander la permission de publier le manuscrit. La réponse est toujours la même: il ne peut pas le faire, car le texte ne lui appartient pas." Même si Mick Jagger a accepté de relire ses propres mémoires (eh oui!), leur publication semble mal engagée.

L'éditeur précise dans sa tribune qu'après "une mort tragique, une tournée, un film, une série télé et une exposition à la galerie Saatchi (Londres), [...] Mick Jagger ne veut plus entendre parler du projet". Le père de huit enfants n'assumerait-il finalement plus les frasques de sa jeunesse? John Blake ne lui fait néanmoins aucune critique. "Mick a aidé à changer le Royaume-Uni gris et autoritaire post-Seconde Guerre mondiale en un endroit scintillant et ensoleillé", écrit l'ex-journaliste musical, fan assumé du rockeur légendaire.

Les millions d'admirateurs du chanteur vont ainsi devoir patienter, voire renoncer à découvrir ce "merveilleux petit miroir de la vie des Rolling Stones à cette époque de pleine gloire". L'interprète de You Can't Always Get What You Want en 1969 semble prendre ses paroles au pied de la lettre, et ça fait rire jaune John Blake: "Je m'excuse auprès des 10 millions d’admirateurs à travers le monde qui auraient adoré lire cette histoire. Après tout, comme le philosophe Jagger l'a dit une fois: 'Tu ne peux pas toujours avoir ce que tu veux'".