Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Une attaque de Boko Haram fait au moins 11 morts

MAIDUGURI, Nigéria — Au moins neuf kamikazes et deux civils ont été tués vendredi quand les forces nigérianes ont repoussé la plus violente attaque de Boko Haram des derniers mois.

La violence a éclaté dans le nord-ouest du pays, dans la ville de Maiduguri où est né le groupe islamiste.

Un porte-parole de la police a dit qu'au moins trois femmes ont déclenché les bombes qu'elles portaient dans l'est de la ville, ciblant une gare de camions qui a été attaquée à de multiples reprises au cours des derniers mois. Deux civils ont alors été tués pendant que sept membres d'une milice d'autodéfense étaient blessés, a confié un témoin à l'Associated Press.

Plusieurs camions chargés de biens à destination du Tchad et des communautés frontalières ont été détruits.

Les kamikazes ont également attaqué un poste de contrôle de l'armée.

Des soldats ont ensuite ouvert le feu contre des motocyclistes qui escortaient d'autres kamikazes, tuant au moins six d'entre eux.

Une force multinationale assemblée l'an dernier a évincé Boko Haram de plusieurs villes et villages du nord-est du Nigéria, mais les attaques se poursuivent.

L'insurrection islamiste lancée il y a sept ans a fait plus de 20 000 morts et chassé quelque 2,5 millions de personnes de chez elles. Il s'agit de la pire crise humanitaire sur le continent et des millions de personnes sont menacées par la faim.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.