NOUVELLES
17/02/2017 06:44 EST | Actualisé 17/02/2017 07:01 EST

Trump traite plusieurs médias «d'ennemis des Américains»

Sean Rayford via Getty Images
NORTH CHARLESTON, SC - FEBRUARY 17: U.S. President Donald Trump addresses a crowd during the debut event for the Dreamliner 787-10 at Boeing's South Carolina facilities on February 17, 2017 in North Charleston, South Carolina. The airplane begins flight testing later this year and will be delivered to airline customers starting in 2018. (Photo by Sean Rayford/Getty Images)

Donald Trump a de nouveau éreinté les médias vendredi, qualifiant de grandes chaînes de télévision et le New York Times "d'ennemis des Américains" sur Twitter.

Peu après avoir atterri en Floride, où il s'apprête à passer un troisième week-end de suite dans sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago, le président américain s'est saisi de sa plateforme de communication préférée pour un message visant l'une de ses cibles favorites: les médias.

"Les MEDIAS MENSONGERS (@nytimes en difficulté, @NBCNews, @ABC, @CBS, @CNN) ne sont pas mes ennemis, ce sont les ennemis des Américains", a-t-il écrit, reprenant l'expression en anglais "fake news media" qu'il a fait entrer dans le langage courant aux Etats-Unis à force de la marteler.

Quelques minutes plus tôt, le président américain avait tweeté une première version de son message dans laquelle il ne citait pas les chaînes CBS et ABC et ponctué d'un "ECOEURANT!". Il l'a rapidement effacé avant de poster un nouveau tweet incluant les deux "ennemis" supplémentaires.

Il n'est pas rare pour les présidents américains de critiquer les médias, mais la virulence des attaques répétées de Donald Trump est sans précédent. Le républicain avait fait des critiques envers les journalistes "partiaux" et "malhonnêtes" un point central de sa campagne, régalant ses supporteurs qui huaient copieusement les journalistes lors de grands rassemblements.

Le milliardaire républicain avait déjà tancé jeudi les journalistes pendant une conférence de presse à la Maison Blanche.

"Je suis ici pour faire passer mon message directement au peuple (...) car nombre de journalistes de notre pays ne vous diront pas la vérité et ne traiteront pas les gens formidables de ce pays avec le respect qu'ils méritent", avait-il lancé, évoquant "un niveau de malhonnêteté (des médias) hors de contrôle".

VOIR AUSSI: