Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La SQ va réviser les plaintes pour agressions sexuelles classées «non fondées» (VIDÉO)

L'objectif n'est pas de reprendre les enquêtes à zéro, mais bien de vérifier pourquoi aucune accusation n'a été déposée dans ces dossiers.

Après la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et la Police provinciale de l'Ontario (PPO), c'est au tour de la Sûreté de Québec (SQ) de lancer un vaste processus de révision des plaintes pour agressions sexuelles qui ont été classées "non fondées" au cours des dernières années.

Le corps policier québécois procédera à l'étude d'un échantillon des plaintes qui ont reçu la cote "non fondée" afin de vérifier si les dossiers ont été menés correctement par les enquêteurs.

L'objectif n'est pas de reprendre les enquêtes à zéro, mais bien de vérifier pourquoi aucune accusation n'a été déposée dans ces dossiers.

Cette décision s'inscrit dans la foulée d'une vaste enquête menée par le quotidien "The Globe and Mail" qui a mis au jour de graves lacunes dans la façon dont les policiers traitent les plaintes pour agressions sexuelles au Canada.

Voir aussi:

INOLTRE SU HUFFPOST

Rassemblement à l'Université Laval contre les agressions sexuelles

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.