Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

BlackBerry dit avoir respecté toutes ses obligations envers ses ex-employés

OTTAWA — BlackBerry assure qu'elle a respecté toutes ses obligations envers ses employés qui l'accusent, dans une demande d'action collective, de les avoir privés de leur droit aux prestations de cessation d'emploi après avoir été transférés chez un autre employeur.

Dans une déclaration produite au nom de plus de 300 anciens employés de BlackBerry, un cabinet d'avocat d'Ottawa affirme que le spécialiste des logiciels de téléphones intelligents (TSX:BB) a déterminé que le transfert n'était pas une «vente d'entreprise». Cela faisait en sorte que les employés perdaient la reconnaissance de leurs années de service sans aucune compensation.

La déclaration déposée par Nelligan O'Brien Payne fait valoir que BlackBerry a structuré le transfert de telle sorte qu'elle éviterait de devoir allonger de telles compensations.

Les allégations contenues dans la déclaration n'ont pas été prouvées en cour.

BlackBerry a indiqué avoir étudié les allégations et a dit être convaincue qu'elle avait respecté toutes ses obligations envers ses employés.

«Conséquemment, nous croyons que cette affaire est non fondée et nous nous défendrons avec vigueur», a indiqué une porte-parole de BlackBerry dans un courriel.

Selon la déclaration de l'action collective, qui n'a pas encore été autorisée, BlackBerry a «sciemment induit en erreur» les employés transférés chez Ford Motor du Canada et a enfreint ses obligations de bonne foi et d'honnêteté.

«Les gestes de BlackBerry, pris ensemble, constituent un licenciement des employés de BlackBerry, ce qui leur donne des droits statutaires, de "common law", ou contractuels à la résiliation», indique le document.

L'action collective réclame plus de 20 millions $ pour les droits perdus, la mauvaise foi et les dommages punitifs.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.