10 oublis qui gâchent une journée de ski

Ce texte a été publié sur Zoneski.com.

C’est parfois de l’étourderie, souvent des gestes trop pressés, et voilà, on est à mi-chemin, ou carrément en train de se préparer au chalet, et on constate qu’on a oublié… cette chose importante qui va faire en sorte qu’on va passer une moins bonne journée! Cette petite liste se veut un rappel amical, histoire de vous faire vérifier votre sac avant le départ pour la station de ski!

1) Les accessoires: casque, lunettes, gants…

C’est bête! Ils sont là, dans l’entrée, sur le meuble, le banc, au sol… mais on ne les a pas. Impossible de faire demi-tour, donc… et pas question d’annuler la journée de ski! C’est avec l’air dépité que vous irez à la boutique de la station, espérant trouver quelque chose à prix raisonnable, dans vos coloris et votre taille. Si c’est un faux-col, attendez-vous à payer un peu trop!

2) De l’eau

Peu de skieurs y pensent… boire de l’eau pendant la journée est crucial mais plutôt « contre-intuitif »: on ressent rarement la chaleur ou la déshydratation mais une journée au grand air hivernal nous déshydrate presque autant qu’en été! Boire de l’eau assure une bonne forme à vos muscles et prévient les vilaines crampes et les maux de tête. Certains skieurs ont adopté le sac à dos de type « camelbak », d’autres maltraitent une petite bouteille de plastique dans leurs poches… trouvez votre tactique pour ne pas oublier de boire!

3) Du baume à lèvres

C’est tout petit, ça se glisse bien dans les poches, on en a toujours trois ou quatre à la maison ou dans le fond d’un sac… mais c’est en pleine remontée qu’on se rend compte qu’on aurait besoin d’en appliquer sur nos lèvres! L’inconfort grandit et les gerçures nous guettent. Le mauvais réflexe: humecter les lèvres avec la langue, ce qui bien entendu empire la situation. Facteur aggravant: le faux-col, humidifié avec votre souffle, qui ajoute à l’irritation par la friction. Pensez à un baume à lèvres doté d’un facteur de protection UV: fort pertinent dès les premières journées ensoleillées de la Relâche!

4) Manger

Que ce soit avec le déjeuner du skieur, le diner du champion ou les snacks légers en cours de journée, vous devez alimenter votre corps! Attention: suivez vos habitudes quotidiennes. Si vous ne mangez que très peu le matin, ne changez pas pour le déjeuner 2-oeufs-bacon-patates-saucisses-fèves-roties, vous roulerez en ski… mais n’oubliez pas de manger pendant la journée! Certains ont horreur de couper leur journée pour rentrer au chalet. Faites des réserves de barres tendres, de mélanges de noix et de fruits séchés, et profitez des remontées pour garder votre niveau d’énergie au maximum!

5) Respecter le code de conduite en montagne

Emporté par l’énergie du moment et l’excitation des descentes, on oublie parfois qu’on est responsable des skieurs en aval, qu’on ne doit pas s’arrêter en plein milieu d’une piste, qu’on doit rester en contrôle, qu’on ne doit pas visiter une piste fermée… Ces petits « oublis » mettent parfois fin abruptement à une journée qui a bien commencé. Mettez les chances de votre côté pour ne pas gâcher vos descentes!

6) Les bottes dans la voiture

Ouch! C’est raide, c’est froid, c’est humide… et c’est impossible à enfiler même après de multiples contorsions et jurons. Se battre avec des bottes de ski qui ont passé la nuit dans la voiture, c’est une frustration inutile! C’est la chose qui doit quitter la maison en même temps que vous, et qui ne doit pas aller au fond du coffre avec la pelle, le lave-glace à moitié plein et les traction aids. Si vous devez vraiment laisser vos bottes dans la voiture, pensez à vous équiper d’un petit sèche-bottes et branchez-le quelques minutes au chalet avant de les enfiler… ça réduira un peu l’inconfort!

7) Un Ski-Key/barrer son équipement

Au débarcadère, vous sortez tout votre équipement de la voiture, puis vous y revenez après avoir garé la voiture et vous être préparé au chalet… et zut, les bâtons ont disparu. Idem pour l’heure du diner ou un simple tour au petit coin! Vol ou confusion de la part d’un autre skieur, vous voilà bien mal pris sans bâtons! Ou sans les skis… Certaines stations à fort achalandage sont également plus susceptibles d’être la cible de gens mal intentionnés. Ne prenez pas de chance: un ski-key, c’est tellement pratique… 20$ pour ne pas se faire voler 600$, c’est quand même un bon investissement!

8) Des mouchoirs

C’est tout de même un classique hivernal: la goutte au nez dès qu’on sort dehors ou qu’on produit un léger effort… et rien sous la main pour se moucher, on utilise le côté de l’index du gant ou un coin de manche pour s’essuyer. Pas très chic, en plus de ne pas être hygiénique ni confortable pour le nez! Et de grâce, Messieurs… évitez la tactique « soufflerie vers le côté en pinçant une narine », c’est dans le top-5 des gestes « pas-classe »! Des mouchoirs vous éviteront tout ça… mais pensez à vider vos poches avant la prochaine lessive!

9) Écouter votre corps

Les cuisses qui brûlent, un « derrière de genou » qui tire, des orteils qui font mal, des joues un peu moins sensibles, un mal de tête… tous ces signes que votre corps vous envoie passent un message: il faut ralentir, prendre une pause, voire mettre fin à la journée! La plus grande cause d’incidents en station de ski est la fatigue, qui fausse le jugement, ralentit les réflexes et nous fait perdre en contrôle. De plus, les parties du corps plus sujettes aux engelures doivent être protégées, et surveillées de près… Ne repoussez pas les limites de la douleur, vous ne terminerez pas votre journée sur une bonne note, et la prochaine pourrait être « dans longtemps »!

10) Faire sécher ses bottes/gants avant la sortie suivante

L’après-ski, la route du retour, la fatigue… tout le matériel reste empilé dans un sac, ou en vrac dans le coffre de la voiture… et se transforme en pain de glace. Oups! Pensez à étendre les vêtements qui n’ont pas besoin d’être lavés pour en chasser l’humidité, à faire sécher les bottes et les gants, de même qu’à essuyer les carres des skis ou de la planche pour éviter la formation de rouille et les coulisses désagréables sur le tapis de la voiture ou dans le rangement des skis.

Vous êtes-vous reconnus dans un ou plusieurs de ces oublis? Faites-vous une petite liste… et ça deviendra votre routine de préparation et de retour! Si vous avez d’autres oublis ou conseils à partager, n’hésitez pas à le faire dans les commentaires ci-bas… et bon ski sans oubli!

Une belle journée en ski