NOUVELLES
16/02/2017 08:04 EST | Actualisé 17/02/2018 00:12 EST

Les militaires américains et russes veulent se parler plus (Pentagone)

Les chefs d'état-major américain et russe ont convenu "d'augmenter les communications" entre les deux armées, à l'issue d'un rendez-vous jeudi à Bakou (Azerbaïdjan), selon le Pentagone.

Le général Joe Dunford et le général Valery Gerasimov ont "convenu d'augmenter les communications" entre les deux armées pour continuer d'améliorer "la sécurité" pendant leurs opérations respectives, selon un communiqué du Pentagone.

Les Etats-Unis et la Russie disposent déjà d'une ligne de communication militaire ouverte en permanence sur leurs opérations aériennes en Syrie, pour éviter tout incident entre les avions des deux pays.

La dernière rencontre en face à face entre les deux plus hauts gradés américain et russe remontait à janvier 2014, entre le prédécesseur du général Dunford, le général Martin Dempsey, et le général Gerasimov.

Le rendez-vous de Bakou survient sur fond d'interrogations sur l'évolution des relations américano-russes après l'élection de Donald Trump.

Le nouveau président américain Donald Trump a exprimé sa volonté de réchauffer les relations américaines avec Moscou, suscitant l'inquiétude de beaucoup de responsables américains qui considèrent la Russie comme la principale menace pour la sécurité nationale américaine.

Lors d'une réunion des ministres du G20 à Bonn jeudi, le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a offert une coopération sous condition à la Russie, demandant notamment à Moscou de respecter l'accord de paix de Minsk en Ukraine.

Le secrétaire américain à la Défense James Mattis a précisé à Bruxelles que les Etats-Unis n'envisageaient pas "maintenant" de "collaborer au niveau militaire", dans l'attente de progrès politiques entre les deux pays.

Selon le communiqué du Pentagone, le général Dunford et le général Gerasimov ont également "échangé leurs vues sur l'état des relations militaires entre les Etats-Unis et la Russie, et sur la situation internationale sécuritaire en Europe, au Moyen-Orient et dans d'autres régions clefs".

Depuis l'annexion de la Crimée par la Russie et la crise ukrainienne, Washington a supprimé toute coopération militaire avec la Russie, supprimant par exemple les exercices communs ou les visites de navires américains dans les ports russes.

Mais les chefs militaires ont continué de maintenir des contacts directs par téléphone ou vidéo-conférence, selon le Pentagone.

lby/vog