NOUVELLES
16/02/2017 05:48 EST | Actualisé 17/02/2018 00:12 EST

Islamophobie: libéraux et conservateurs engagés dans un duel de motions

OTTAWA — Le débat sur la discrimination religieuse a repris de plus belle à Ottawa, jeudi, les conservateurs ayant décidé de profiter de leur journée d'opposition pour déposer une motion en réponse à celle des libéraux.

Les discussions entourant une motion conservatrice visant à condamner la discrimination basée sur la religion se sont amorcées en matinée à la Chambre des communes. Le texte de la motion ne comporte pas le terme islamophobie, contrairement à la motion libérale débattue la veille.

C'est le premier aspect qui a été soulevé par le député libéral Arif Virani en Chambre jeudi matin. Le parrain de la motion, le conservateur David Anderson, lui a répliqué que la version libérale souffrait de l'absence d'une définition pour le terme, et que sa motion était par ailleurs plus «inclusive».

Peu avant l'ouverture des travaux, le gouvernement avait effectué une sortie pour signaler son appui à la motion émanant de la députée libérale d'arrière-ban Iqra Khalid. C'était la deuxième fois en autant de jours que la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, convoquait les médias pour en parler.

Entourée de plusieurs membres du caucus libéral comme la veille, elle a accusé les conservateurs d'avoir accouché d'une motion qui «banalise l'islamophobie» en évacuant le terme. Les libéraux, de leur côté, n'ont pas peur d'avoir cette «discussion difficile», a soutenu Mme Joly.

La députée d'Ahuntsic—Cartierville a aussi regretté dans le foyer de la Chambre des communes qu'«à chaque fois qu'on voit des gens se faire du capital politique sur le dos des communautés, on doit (...) le dénoncer».