NOUVELLES
16/02/2017 08:00 EST | Actualisé 17/02/2018 00:12 EST

Chine: la grippe aviaire a fait 79 morts en janvier

PÉKIN, Chine — Une épidémie de la souche H7N9 de la grippe aviaire a fait 79 morts en Chine en janvier, soit le bilan mensuel le plus lourd en au moins trois ans, ont indiqué jeudi les responsables de la santé publique du pays.

Plus de 250 infections ont été décelées dans 16 provinces et régions. La presse officielle rapporte que les cas sont concentrés le long des côtes est et sud du pays, de Shanghaï jusqu'à Hong Kong.

On déplore au moins six morts de plus en février, ce qui fait craindre une crise de santé publique encore plus grave que l'épidémie de 2013, qui avait fait 40 morts et dévasté l'industrie de la volaille.

Le bilan de janvier est le plus lourd pour n'importe quel mois au moins depuis novembre 2013, selon le site internet de la commission de la santé publique.

Plusieurs villes chinoises ont décidé de fermer leurs marchés de volailles. Les ventes de volailles vivantes sont maintenant suspendues à Changsha, la capitale de la province centrale du Hunan, ainsi que dans des marchés de la province orientale du Zhejiang, selon l'agence de presse officielle Chine nouvelle.

Près de 300 marchés et abattoirs ont été fermés dans la ville de Suining, dans le sud-ouest du pays, où les autorités sévissent aussi contre les ventes de volailles sur le marché noir.

L'Organisation mondiale de la Santé considère que la souche H7N9 est moins virulente que la souche H5N1, qui selon l'OMS a fait des centaines de morts à travers le monde depuis dix ans.

La plupart des victimes du H7N9 auraient eu des contacts avec des volailles contaminées ou seraient entrées dans des zones infectées, selon une alerte publiée par l'OMS le mois dernier. L'agence onusienne de la santé ne croit pas que le virus puisse se transmettre facilement d'humain à humain.

Dans la troisième plus grande ville de Chine, Guangzhou, plus de 30 pour cent des volailles vivantes vendues dans des marchés étaient porteuses du H7N9, selon ce que rapportait samedi la presse officielle. Les dirigeants locaux ont suspendu les transactions pendant trois jours pour essayer d'endiguer le problème.