NOUVELLES
15/02/2017 09:26 EST | Actualisé 15/02/2017 09:26 EST

Arabie Saoudite: la soeur de Raïf Badawi interrogée par la police

Alex Wong via Getty Images
WASHINGTON, DC - MARCH 08: Political activist Samar Badawi (C) of Saudi Arabia is presented with an International Women of Courage Award by U.S. Secretary of State Hillary Clinton (R) as first lady Michelle Obama looks on during a ceremony at the State Department March 8, 2012 in Washington, DC. Ten women from around the world were presented with the awards during the sixth annual ceremony to recognize their courage and leadership. (Photo by Alex Wong/Getty Images)

La soeur du blogueur emprisonné Raef Badawi a indiqué avoir été interrogée mercredi par la police saoudienne sur ses activités liées à la défense des droits de l'Homme, et laissée en liberté.

"L'interrogatoire d'aujourd'hui a porté sur mes activités relatives aux droits de l'Homme et celles concernant la défense des femmes dont une campagne contre le système" de gardien mâle, a indiqué Samar Badawi sur Twitter.

Cette militante avait déjà été soumise à un interrogatoire sur ses activités l'année dernière.

Sous le système de gardien mâle, la femme saoudienne ne peut étudier, travailler ou voyager à l'étranger sans la permission d'un membre masculin de sa famille, comme l'époux, le père ou le frère.

L'Arabie saoudite impose des restrictions sans égales aux femmes qui ne sont même pas autorisées à conduire.

Mme Badawi est l'ex-femme de Walid Abou al-Khair, qui est l'avocat de son frère et qui purge lui-même une peine de prison de 15 ans.

Selon des défenseurs des droits de l'Homme, les enquêteurs avaient interrogé Mme Badawi l'année dernière si elle animait ou non le compte twitter de M. Khair.

Dans un autre Tweet posté mercredi, Mme Badawi a dit remercier "ceux qui la soutiennent", sans dire si l'interrogatoire qui a eu lieu à Jeddah (ouest) allait continuer ou non.

br>

Raef Badawi a été arrêté en 2012. Il avait été condamné à dix ans de prison et 1.000 coups de fouet pour insulte à l'islam, une sentence qui avait provoqué l'indignation dans le monde.

Il n'a reçu jusqu'ici que 50 coups qui ont été administrés en janvier 2015.

Son épouse vit au Canada avec leurs trois enfants.

Voir aussi: