NOUVELLES
13/02/2017 08:36 EST

Un site internet pour cartographier les incidents haineux en Alberta

Le Comité de lutte contre les crimes de haine de l'Alberta surveille les incidents à caractère haineux, même si les événements ne sont pas considérés comme des crimes par la police, pour avoir une meilleure idée de ce qui se passe dans la province, explique un membre du Comité Irfan Chaudhry.

Les crimes haineux augmentent au Canada depuis quelques années, selon les chiffres de Statistique Canada, mais il reste difficile de documenter les incidents à caractère haineux en Alberta, considère un comité. Ce dernier vient de lancer un site internet pour encourager les victimes et les témoins de ces actes à les dénoncer publiquement.

Un texte de Camille Feireisen

Le Comité contre les crimes haineux de l'Alberta veut créer un engagement communautaire grâce à son nouveau site internet StopHateAB.ca. Qu'il s'agisse d'incidents à caractère haineux ou de crimes, le résultat est le même [pour les victimes], estime un membre du Comité, Irfan Chaudhry.

« Lorsque ce type d'acte se produit, même quand il n'est pas considéré comme étant un crime haineux, mais un incident, les conséquences sont aussi importantes pour la communauté visée. Or, comme il n'y a pas d'élément criminel, on manque de renseignements précis sur cet incident et, par conséquent, nous n'avons pas une idée claire des tendances dans la province », explique-t-il.

Différence entre un crime et un incident haineux

Au sens de la loi, un crime haineux est « une infraction criminelle motivée par la haine de la race, l'origine nationale ou ethnique, la langue, la couleur, la religion, le sexe, l'âge, l'incapacité mentale ou physique, l'orientation sexuelle ou tout autre facteur similaire », indique l'Association canadienne des chefs de police.

L'incident à caractère haineux, lui, est un acte non criminel. Par exemple la distribution de pamphlets offensant une communauté ou des graffitis.

Le Comité encourage toujours les Albertains à continuer de déposer leurs plaintes auprès de la police, mais il espère que ce site permettra de rallier plus de gens à la cause.

«L'action de la police est souvent limitée quand il ne s'agit pas de crimes haineux, mais les répercussions sont tout aussi graves pour les victimes.»

- Irfan Chaudhry, membre du Comité contre les crimes haineux de l'Alberta

Une carte interactive et des données mensuelles

Le site internet permet aux Albertains de remplir un formulaire de manière anonyme. Y sont consignés : le type de l'incident (graffiti, actes de vandalisme, menaces verbales), le lieu (dans la rue, sur un campus universitaire, dans les transports en commun), le mois et l'année, ainsi que les personnes visées (ayant un handicap, LGBT, de confession ou d'ethnie différentes).

Les utilisateurs peuvent également proposer des pistes de solutions ou la manière dont ils aimeraient que ces actes soient gérés par les autorités.

Les données sont visibles sur une carte de la province, qui sera mise à jour chaque mois.

« Ces données sont accessibles à tous. Elles pourront servir à des chercheurs, à la police et des membres de la communauté. Tout le monde », soutient Irfan Chaudhry.

Selon lui, cela pourrait aussi permettre à des organismes communautaires d'accéder plus facilement à des demandes de financement, en appuyant leur dossier sur des données précises et actuelles.

«Ce sont des données qui manquent actuellement, car Statistique Canada fait des bilans des crimes haineux tous les trois ou quatre ans au pays.»

- Irfan Chaudhry, membre du Comité contre les crimes haineux de l'Alberta

Les actes à caractère raciste se sont multipliés dans la province, comme les affiches racistes accrochées sur le campus de l'Université de l'Alberta en septembre.

De plus en plus d'initiatives de ce type voient donc le jour en Alberta, comme la campagne antiraciste sur les réseaux sociaux #CréerLeMalaise ou des événements comme « Mettons nos turbans ».

Il existe déjà des sites web recensant les crimes haineux, surtout lorsqu'il s'agit de racisme, rappelle Irfan Chaudhry.

Il souligne toutefois que ce site web est le seul qui permettra d'être informé sur tous les incidents haineux dans une province, quelle qu'en soit la communauté ciblée, sur une carte interactive. Ce sera aussi bonne manière d'engager la communauté au dialogue, conclut-il.

VOIR AUSSI: