NOUVELLES
12/02/2017 08:25 EST

Portraits de Montréal: un livre sur les autres

Portraits de Montréal

Après avoir sillonné la ville pendant près de trois ans en tirant le portrait à ses habitants, deux photographes sortent un livre rassemblant une sélection de leurs meilleures images accompagnées des histoires de ces individus rencontrés au hasard…

Montréal, ce sont ses habitants qui la font. Cette multitude de personnages qui forment un grand tableau avec leur regard, leur passé, leur look, leur vécu, leur passion, leur sourire. C’est ce que voulaient montrer Thibault Carron et Mikaël Theimer en lançant il y deux ans et demi le site Portraits de Montréal, qui compte aujourd’hui environ 2 000 photos. « Quand je me suis lancé dans l’aventure, c’est parce que je ne savais pas quoi faire d’autre à ce moment-là, explique Mikaël. C’est un projet adapté de Humans of New York, dont j’étais vraiment fan. J’avais envie de reproduire quelque chose de similaire à Montréal… »

Au début, les deux immigrants français se contentent de publier leurs images, et c’est quand ils commencent à y associer des citations et des histoires des individus rencontrés que le site décolle vraiment. Au bout de trois mois, le projet est en couverture de The Montreal Gazette. C’est que le site est bien fourni : ils y postent deux à trois photos par jour. « J’ai tout le temps mon appareil sur moi. C’est très chiant pour ma copine, car quand on se promène je vais souvent parler à des gens que je croise pour les prendre en photo », raconte Mikaël. L’entretien peut durer une minute, mais s’étend parfois plus longuement – Thibault se souvient d’un prof de philo qui lisait sept livres à la fois sur un banc ; la discussion avait duré deux heures.

Thibault Carron et Mikaël Theimer

« Une rencontre, une parenthèse dans le temps »

Ce n’est pas si difficile de faire parler les gens, remarquent les photographes. La difficulté est finalement d’oser aller leur parler. « Parfois, il faut creuser plus avec certaines personnes, poser les bonnes questions, mais avec d’autres, il suffit d’appuyer sur un bouton et c’est parti », confie Thibault. Ils choisissent les gens selon plusieurs critères : « D’abord, il y a la photo potentielle inspirée par un certain look ou un détail physique. D’autres fois, t’as envie de comprendre une situation, ce qui se passe… Tu sens qu’il y a une histoire derrière ». Et si quelqu’un leur parle d’une personne avec une histoire qui vaut le coup, les photographes s’arrangent pour la rencontrer.

L'histoire de France est une des préférées de Thibault, parce qu’il la voit tous les jours. « Elle vend L'Itinéraire devant la SAQ sur Mont-Royal, et quand je l'ai rencontrée elle m'a dit qu'elle n'avait jamais voulu qu'on la photographie à cause de son traumatisme au visage. Mais quand je lui ai montré la photo que j'avais prise, elle a accepté qu'elle soit diffusée. Quelques jours plus tard, je lui ai imprimé la photo et les 110 commentaires de la page. D'après elle, ça a changé la façon dont elle se voit elle-même et dans le regard des autres. »

France

« Le concept de Portraits de Montréal, c’est une rencontre, une parenthèse dans le temps, un échange avec une personne à un moment donné de sa vie », résume Mikaël. Un concept commencé comme un hobby, et qui leur a donné un bel élan professionnel. Des clients les ont en effet contactés après avoir vu le site. C’est qu’ils ont un atout particulier, souligne Thibault : « Notre spécialité, c’est le portrait avec entrevue, ce que très peu de photographes font. C’est ce que recherchent de plus en plus d’entreprises, qui veulent par exemple présenter leurs clients en mettant en avant l’individu ». Les deux amis sont unanimes : le site a lancé leurs carrières respectives de photographe à Montréal.

Un livre pour immortaliser

Après avoir passé un an sans revenus, les photographes ont commencé à prendre des contrats à côté. L’occasion aussi de créer autre chose dans leur portfolio que Portraits de Montréal. « Il n’était pas question que je me contente d’être le photographe qui a repris le projet de quelqu’un d’autre en l’adaptant, et qui n’a fait que ça de sa carrière. C’est génial, ça nous a ouvert plein de portes, mais il fallait aussi prouver qu’on savait faire autre chose, raconte Mikaël. Aujourd’hui, j’ai de plus en plus d’autres projets photographiques, qui me prennent de plus en plus de temps ». Et ça se voit sur la page de Portraits de Montréal, quasiment dormante depuis l’automne dernier. Mais la sortie d’un livre bilingue, prévue pour fin avril chez Guy Saint-Jean Éditeur, va marquer une étape importante dans le projet.

Ce livre, le photographe y avait pensé dès le début. « Dès qu’on a commencé le site, je savais que si on arrivait à produire de bons contenus et que ça marchait, ça serait le genre de projet qu’on pourrait convertir en livre. Internet c’est bien, mais le fait d’avoir un livre immortalise concrètement nos deux ans et demi de travail… » Avec Thibault, ils sélectionnent leurs histoires préférées, celles qui représentent bien Montréal. La postface sera signée par la Fée du Mile-End, Patsy Van Roost. Et la préface? « On aimerait beaucoup que ce soit Xavier Dolan qui l’écrive, mais il n’a pas encore répondu, confie Mikaël. C’est le Montréalais par excellence, et il représente bien la ville à l’international. C’est quelqu’un qui s’est lancé jeune dans ses rêves, sans avoir peur de ce que les gens allaient dire, qui est ouvert, et qui a réussi. Il correspond bien à ce qu’on essaie de véhiculer. » (Xavier, si tu lis ceci…)

Un bon timing pour ce livre, qui vient clore une période pour Portraits de Montréal. « Le site continuera d’exister, insiste Mikaël. J’aurai toujours mon appareil sur moi, j’aurai toujours envie de faire un portrait de temps en temps, de créer des histoires, mais ce n’est plus notre projet principal. » Si le site ne reprendra jamais le rythme de publication qu’il avait au début, ses créateurs persistent à croire que c’est un projet qui apporte aux gens : « S’intéresser à Portraits de Montréal, c’est avant tout s’intéresser aux autres… »