NOUVELLES
10/02/2017 10:18 EST | Actualisé 10/02/2017 10:19 EST

Un forum sur l'intelligence artificielle à C2 Montréal

Christian Lagereek via Getty Images
Human brain against a mother-board, artificial-intelligence.

Un forum sur l’intelligence artificielle se greffera au désormais bien connu événement C2 Montréal, en mai prochain, à l’Arsenal.

Organisé par la société montréalaise Element AI, qui souhaite transformer Montréal en «Silicon Valley de l’intelligence artificielle», le forum présentera plusieurs conférences portant sur l’évolution de cette technologie et sur son impact sur les entreprises, les organisations et la société.

Les conférenciers ne manqueront pas également d’amorcer la discussion autour des enjeux éthiques qui en découlent ainsi que le futur de la main d’œuvre.

Montréal est déjà un pôle important de recherches sur l’intelligence artificielle envié à travers le monde. La ville possède une très forte concentration de chercheurs scrutés par de grandes compagnies comme Apple et Google.

«Mais l’intelligence artificielle rejoint encore un public restreint, constate Yoshua Bengio, directeur de l'Institut des algorithmes d'apprentissage à l'Université de Montréal et cofondateur d'Element AI. Elle est connue presque uniquement dans la communauté scientifique. Il faut s’adresser à une audience plus large, surtout le milieu des affaires.»

Une grande partie de la croissance économique des prochaines années et des prochaines décennies viendra de l’intelligence artificielle, insiste le chercheur. «On veut conscientiser les gens dans le milieu des affaires et dans le milieu créatif à mieux comprendre ce qui est en train de se faire et les pousser à en profiter dans leur créneau», ajoute-t-il.

Mixer ce forum avec C2 Montréal, un événement qui souhaite faire le pont entre le monde des affaires et la créativité, était donc tout naturel pour les organisateurs.

Le risque entourant le développement de l’intelligence artificielle, croit M.Bengio, serait que seulement une poignée de personnes conserve les profits qui en découleront, en utilisant des recherches réalisées dans les universités d’ici et financées en partie par des fonds publics.

«La seule manière pour les gouvernements de récupérer leur mise, c’est de s’assurer que les profits seront faits par des compagnies qui ont leur siège social ou qui paient leurs impôts ici. D'où l'intérêt de les inciter à intégrer cette technologie à leur domaine.», insiste le chercheur.

Une manière pour le gouvernement, ajoute-t-il, de se créer une base fiscale lui permettant d’affronter les changements que subira le marché de l’emploi avec le développement de cette technologie. «Pour payer la formation à des gens qui perdront leur emploi», donne en exemple le professeur.

L’avenir de l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle est déjà bien présente dans nos vies. Pensons à Siri sur les téléphones Apple, à la voiture autonome qui débarque tranquillement sur les routes, ou aux algorithmes qui apprennent à connaître nos habitudes ou nos intérêts sur Facebook ou Netflix.

Mais la technologie ira encore plus loin. «Il y a des choses en développement actuellement. Comme un outil qui dicterait à un aveugle qui se promène en ville ce qu’il y a devant lui, par exemple», explique M.Bengio.

La traduction automatique fait également des pas de géant, indique le professeur Bengio. «Ça va nous aider à communiquer avec des gens qui parlent une langue que nous ne connaissons pas», avance-t-il.

Sans compter que la technologie pourrait rendre le milieu médical encore plus accessible, d’ici une dizaine d’années, en traitant des données encore plus rapidement que les médecins.

«Imaginons un continent comme l’Afrique, où il y a très peu de services médicaux. Si on fait en sorte que l’ordinateur puisse donner un genre de conseil de médecin, et même mieux parce qu’il aurait accès à plus de données, ça pourrait avoir un énorme impact», poursuit le chercheur.

Forum sur l’intelligence artificielle et C2 Montréal, du 24 au 26 mai, à l’Arsenal.

Voir aussi:

Galerie photo Cerveau : le saviez-vous ? Voyez les images