Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Devenir femme en Afrique raconté dans la pièce Moi, Monsieur, Moi!

Du 7 au 11 février, l'UniThéâtre et Workshop West Playwright's Theater présente au théâtre de La Cité francophone Moi, Monsieur, Moi!, une coproduction de l'Association Djarama du Dakar, de la Traversée des Arts de Paris et de la compagnie de la Casquette de Bruxelles.

Un spectacle solo conçu en 2011 par la Sénégalaise Patricia Gomis et la Brésilienne Márcia De Castro, qui nous raconte le sort réservé aux femmes au Sénégal.Patricia Gomis joue avec humour et tendresse la difficulté de naître fille et de devenir femme en Afrique en utilisant les armes du clown et de la marionnette. Elle incarnera la petite bonne tout comme la mauvaise élève maltraitée à l’école.

« Par la mise en abyme de ma vie, je vais tenter de raconter aussi les douleurs de nombres de mes connaissances, amies, voisines ou collègues de classe avec qui la vie n’a pas été tendre : le mariage arrangé, l’excision, la maltraitance, mais aussi l’esclavage et le fatalisme », affirme Patricia Gomis.

Un spectacle encore très actuel qui peut éveiller les consciences et donner une voix à ceux et celles qui aimeraient raconter leur histoire. « Toutes les choses que je raconte, comme l’esclavage moderne, existe toujours et même ici au Canada. L’excision existe toujours, ça parle de toutes les choses qui sont toujours là même si la communauté évolue et se modernise. L’injustice, elle est partout. C’est pour cette raison que j’en parle pour que les choses changent », ajoute-t-elle.

Une pièce dramatique, mais traitée avec humour à l’aide de marionnettes. Un accessoire qui lui a été introduit et enseigné par la Commission internationale du théâtre francophone (CITF) qui a d'ailleurs subventionné la pièce.

Mon premier métier est clown. Je veux qu’à chaque rire, une question fuse dans la tête du spectateur.

Un spectacle qui a été présenté dans une quinzaine de pays en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord.« Les gens au Sénégal sont morts de rire, car ils savent de quoi je parle. Par contre, ici les gens se disent que les histoires sont dures », relate Patricia Gomis.

Une table ronde est d'ailleurs prévue le 8 février pour échanger sur le sujet après la réprésentation de 20h au théâtre de La Cité francophone.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.