Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

« Certains entraîneurs ne savent pas travailler sans dopage » - Moutko

Vitaly Moutko n'a pas cherché à nier les faits au lendemain de la décision de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) de priver la Russie des Championnats du monde d'athlétisme en août à Londres.

« Beaucoup d'entraîneurs ne comprennent pas comment il est possible de travailler sans dopage », a réagi mardi le vice-premier ministre russe chargé des sports.

Vitali Moutko a reconnu mardi auprès de l'agence de presse R-Sport que « de nombreux abus et violations » ont été commis par l'Agence russe antidopage (RUSADA).

« Les athlètes ont violé les règles, beaucoup d'entraîneurs ne comprennent pas comment il est possible de travailler sans dopage, et il est temps de les mettre sur la touche », a-t-il précisé.

Mais il a tenu à ajouter qu'« un travail colossal a été réalisé durant l'année écoulée. Il y a un nouvelle direction à la RUSADA, un nouvel entraîneur en chef. Tous nos athlètes sont bien contrôlés, tous sont testés. »

Au sujet de la décision de l'IAAF, Vitaly Moutko a dit ne pas être étonné.

« Il y a une tendance générale dans l'attitude à l'égard de la Russie. L'IAAF ne veut pas être pionnière en matière de levée des restrictions. Cette décision était attendue. Il n'y avait rien d'autre à attendre de la part de l'IAAF », a poursuivi le vice-Premier ministre russe.

L'ancien sauteur en hauteur Andreï Silnov, aujourd'hui vice-président de la Fédération russe d'athlétisme (ARAF), a pour sa part affirmé que les commentaires de l'IAAF saluant les progrès de la fédération russe étaient encourageants.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.