NOUVELLES
03/02/2017 08:14 EST | Actualisé 03/02/2017 08:57 EST

Dans une lettre ouverte, Alice Paquet se confie sur les obstacles et reproches qu'elle a affrontés

On apprenait jeudi qu'aucune accusation n'allait être portée contre le député Gerry Sklavounos à la suite de la démarche d'Alice Paquet. Au lendemain de cette annonce, la principale intéressée se confie dans une lettre ouverte publiée dans Le Devoir.

Elle y souligne d'abord que sa situation n'est pas unique, puis affirme que si elle a décidé de présenter ce nouveau témoignage, ce n'est pas pour «se racheter» ni pour «sauver son honneur». «Je voulais effectivement rendre publics les obstacles auxquels j’ai fait face en voulant défendre ma dignité contre l’indifférence et le mépris dont les victimes d’agressions sexuelles sont la cible», écrit-elle plutôt.

«On me reproche de ne pas avoir monté un dossier solide, de m’être contredite dans mes témoignages et d’avoir manqué de clarté — en somme, je ne suis pas une victime idéale, car je n’ai pas appelé les policiers immédiatement après les événements pour qu’ils mènent une enquête. J’ai laissé le temps passer et ai finalement déposé une plainte privée au Directeur des poursuites criminelles et pénales, ce qui m’a obligée à construire ma preuve.» - Alice Paquet, dans Le Devoir

Alice Paquet soutient avoir perdu le contrôle de sa propre vie. Malgré cela, elle souligne trouver «une source inépuisable d’inspiration avec ces femmes qui ont eu le courage de dénoncer auparavant».

«Tant et aussi longtemps que notre système juridique et nos moeurs n’accorderont pas aux survivantes de viol un traitement décent, il nous faudra scander haut et fort nos slogans, et surtout mener fièrement notre lutte, ici et maintenant», conclut-elle.

En octobre dernier, au cours d’une manifestation en appui aux victimes d’agressions sexuelles dans les dortoirs de l’Université Laval, Alice Paquet avait déclaré avoir été violée par un député, qui s’est avéré être Gerry Sklavounos. Ce dernier a ensuite été expulsé du caucus libéral et siège depuis comme indépendant. Gerry Sklavounos est toutefois absent de l’Assemblée nationale et de son bureau de circonscription depuis son expulsion du caucus libéral.

LIRE AUSSI:

» Malgré le rapport du DPCP, Manon Massé croit Alice Paquet

» Pas d'accusations contre le député Gerry Sklavounos

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Rassemblement à l'Université Laval contre les agressions sexuelles Voyez les images