POLITIQUE
03/02/2017 11:28 EST

Aucun élu libéral n'appuie publiquement le retour de Sklavounos au caucus

Radio-Canada.ca

Le sort réservé au député Gerry Sklavounos par ses anciens collègues libéraux demeure bien incertain.

Aucun élu libéral ne s'est prononcé publiquement, vendredi, en faveur de son retour à l'intérieur du caucus libéral.

Le député de Laurier-Dorion, exclu du caucus libéral en octobre dernier, en raison des allégations d'agression sexuelle qui pesaient contre lui, a été totalement blanchi jeudi par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Après enquête, le DPCP a jugé qu'aucun acte criminel n'avait été commis dans ce dossier.

Malgré cela, les libéraux de Philippe Couillard, réunis en caucus vendredi en prévision de la prochaine session parlementaire, ne se sont pas montrés empressés de réintégrer Gerry Sklavounos dans leur équipe.

Questionnés par les journalistes en matinée à leur entrée dans la salle de réunion, plusieurs députés et ministres ont refusé de dire s'ils appuyaient ou rejetaient l'idée d'accueillir M. Sklavounos dans le caucus libéral, même si, sur le plan judiciaire, son dossier est clos.

Signe que cette situation crée de l'embarras au sein des troupes, tous les élus libéraux interpellés ont dit que la question serait discutée entre eux, plus tard, loin des caméras et des micros.

Son exclusion de l'équipe gouvernementale faisait suite à la plainte déposée par une jeune femme de Québec, Alice Paquet, qui soutenait que M. Sklavounos l'avait agressée sexuellement à deux reprises en 2014.

Ancien leader adjoint du gouvernement, Gerry Sklavounos, qui a été élu sous la bannière libérale en 2007 et réélu depuis sans interruption, a indiqué jeudi qu'il comptait reprendre ses fonctions rapidement.

À VOIR AUSSI

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Philippe Couillard Voyez les images