Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

À la suite de l'attentat: Couillard veut aborder les enjeux autrement

Quebec Liberal leader, Philippe Couillard(C), addresses the Board of Trade of Metropolitan Montreal April 1, 2014 in Montreal, Canada. The elections are scheduled for April 7, 2014.      AFP PHOTO/Francois Laplante Delagrave        (Photo credit should read Francois Laplante Delagrave/AFP/Getty Images)
Quebec Liberal leader, Philippe Couillard(C), addresses the Board of Trade of Metropolitan Montreal April 1, 2014 in Montreal, Canada. The elections are scheduled for April 7, 2014. AFP PHOTO/Francois Laplante Delagrave (Photo credit should read Francois Laplante Delagrave/AFP/Getty Images)

La tragédie survenue dimanche dans une mosquée de Québec devrait inciter les parlementaires à aborder les enjeux identitaires d'une autre façon, selon le premier ministre Philippe Couillard.

En marge d'un caucus de deux jours des députés libéraux réunis en vue de préparer la rentrée parlementaire de mardi prochain, M. Couillard s'est montré prudent, jeudi, sur la suite des choses, sur le plan politique, insistant sur le fait que les prochains jours devaient faire place au recueillement et à la solidarité avec la communauté musulmane.

Il a dit qu'il ne se laisserait pas distraire par l'actualité politique et d'autres enjeux dans les jours qui viennent.

M. Couillard devait ensuite quitter Québec pour assister en après-midi à la cérémonie tenue à Montréal en guise d'appui à la communauté musulmane et en hommage aux victimes de l'attentat qui a fait six morts et une quinzaine de blessés. Vendredi, il assistera à une autre cérémonie semblable tenue cette fois à Québec.

Dans un deuxième temps, la tragédie devra permettre de réfléchir

à la fois sur les façons de s'exprimer sur l'enjeu de la laïcité et la façon d'aborder cette question, a-t-il dit en substance, lors d'une mêlée de presse avant de rejoindre ses députés.

La prochaine session sera marquée notamment par l'étude article par article du controversé projet de loi 62, qui impose le visage découvert pour donner ou recevoir des services de l'État.

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, qui parraine le projet de loi, a promis de présenter des amendements à sa législation, mais refuse d'en révéler la teneur.

Chose certaine, malgré les critiques de l'opposition, la ministre entend maintenir le cap et laisser intact l'esprit du projet de loi 62, qui ne prévoit aucune interdiction relative au port des signes religieux.

De son côté, le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a nié avoir négligé de donner suite à une rencontre tenue en septembre avec des groupes de confession musulmane venus le sensibiliser aux problèmes rencontrés par leur communauté.

Le Devoir rapportait jeudi que ces groupes étaient venus exprimer leurs craintes devant la montée de l'extrême droite islamophobe au Québec et lui avaient remis un document contenant des recommandations, mais déploraient qu'il n'y ait pas eu de suite concrète.

À VOIR AUSSI

INOLTRE SU HUFFPOST

Vigile à Québec à la mémoire des victimes de l'attentat

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.