POLITIQUE
01/02/2017 04:42 EST | Actualisé 01/02/2017 04:58 EST

May accuse Trudeau de sacrifier sa nouvelle ministre des Institutions démocratiques (VIDÉO)

« Ce n’est pas quelque chose que ferait un premier ministre féministe. »

OTTAWA – Elizabeth May, la chef du Parti vert du Canada, pense qu’un premier ministre féministe n’aurait pas envoyé ses deux plus jeunes ministres femmes au front défendre l’indéfendable dans le dossier du mode de scrutin.

Justin Trudeau a retiré à la nouvelle ministre des Institutions démocratiques, Karina Gould, le mandat de modifier le système électoral au Canada d’ici 2019, tel que promis en campagne électorale et dans le discours du Trône.

À 29 ans, Karina Gould est la plus jeune ministre du cabinet Trudeau. (Photo: PC)

Mais c’est la ministre Gould, assermentée le 10 janvier, qui a dû affronter les journalistes et défendre la décision de son gouvernement.

« Il a laissé la plus jeune femme de son cabinet [annoncer la nouvelle], dans les premiers jours de son rôle comme [ministre des Institutions démocratiques]. C’est vraiment inapproprié », a critiqué May, en marge d’un point de presse.

Elizabeth May remet en question le féminisme de Trudeau. (Photo: PC)

« Ce n’est pas quelque chose que ferait un premier ministre féministe », a ajouté la chef du Parti vert du Canada, parlant même d’une « trahison » de la part de Trudeau.

À cela s’ajoutent les controverses autour de l’ancienne ministre des Institutions démocratiques, Maryam Monsef, qui a été rétrogradée au sein du cabinet après son travail dans ce dossier. Elle est maintenant ministre de la Condition féminine.

Gould « fière » de son mandat

Mais la nouvelle ministre n’a pas semblé choquée du rôle qui lui est confié en début de mandat, soit de défendre une promesse brisée du gouvernement. Au contraire, elle se dit « fière » du mandat que le premier ministre lui a donné.

À son avis, le gouvernement a suffisamment écouté les Canadiens sur le dossier de la réforme électorale, tant lors de consultations à travers le pays, qu’avec les débats à la Chambre des communes et le sondage en ligne du gouvernement.

« Notre gouvernement croit qu’il était temps de consulter les Canadiens sur cet enjeu complexe. Notre objectif a toujours été clair: les réformes majeures au système électoral, les changements de cette magnitude ne devraient pas être faits s’ils n’ont pas l’appui général des Canadiens », a-t-elle dit.

Karina Gould a été assermentée le 10 janvier dernier. (Photo: PC)

En réalité, la promesse des libéraux n’a jamais été conditionnelle au soutien des Canadiens. Jusqu’en décembre dernier, le premier ministre réitérait sa promesse de mettre en place un nouveau mode de scrutin avant 2019.

La nouvelle consigne à la ministre Gould est maintenant sans équivoque. « La modification du système électoral ne fera pas partie de votre mandat », peut-on lire dans la lettre de mandat modifiée.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les 15 députés qui ont servi le plus longtemps (2016) Voyez les images