DIVERTISSEMENT
01/02/2017 09:59 EST | Actualisé 01/02/2017 09:59 EST

Antoine Pilon et Catherine Brunet en vedette dans le film «Wolfe»

Caiaimage/Sam Edwards via Getty Images

Amoureux dans la vie, partenaires de jeu dans Le chalet, à VRAK, Catherine Brunet et Antoine Pilon participeront ensemble à un nouveau projet, le film Wolfe, du réalisateur Francis Bordeleau. Ce dernier s’est notamment fait connaître grâce à son court-métrage Carnasse, qui a remporté le prix Or du public au dernier festival Fantasia. Wolfe sera son premier long-métrage.

Le cinéaste de 24 ans franchira cette étape importante en étant très bien entouré. Outre Catherine Brunet et Antoine Pilon, Mariloup Wolfe, Alexis Martin, Roc Lafortune, Catherine De Léan, Manuel Tadros, Mylène Mackay, Julianne Côté, Ludivine Reding et son frère Godefroy Reding, Léa Roy et Rosalie Vaillancourt joueront sous ses directives. Miguel Henriques, directeur photographique qui a notamment laissé sa marque au Cirque du Soleil et à la FIFA, travaillera aussi sur Wolfe.

On dit de cette œuvre en construction qu’elle sera inspirée du «courant fauvisme». Le thème de la maladie mentale s’y déploiera en trame de fond, alors qu’Andie, une dominatrice qu’on dit manipulatrice, leader d’un groupe de quatre amis, y planifiera sa propre mort devant les siens au cours d’une fête. Dans un monologue éclaté, la jeune femme dévoilera ses pensées sur chacun de ses proches et déstabilisera ainsi son entourage, remettant en question les liens existants. Chacun tentera de garder le contrôle, physiquement et émotivement, mais l’arrivée d’une cinquième personne venue de l’extérieur viendra compliquer encore davantage le moment et sèmera la zizanie au sein de la petite meute.

«Le cinéma que je mets en scène en est un que je souhaite audacieux et essoufflant, aliénant, dur et rêveur. C’est une course sans fin contre nous-mêmes», a laissé savoir Francis Bordeleau.

«On tourne aussi d’une manière qui ne s’est jamais vue : de le faire avec autant de couleurs, dans un cinéma qui est aussi gris et aussi blanc, à part Xavier Dolan, peu de gens l’ont fait. Il n’y a jamais d’arrêt, pas de moment de répit, c’est un marathon tout le temps. C’est un peu ça l’idée : le monde dans lequel on vit ne s’arrête jamais, on est tout le temps sollicité par tout ce qui bouge. Et c’est facile de se perdre là-dedans, de perdre le contrôle sur son monde. Et, au final, il y aura toujours des choses qu’on ne contrôlera pas», a ajouté le créateur, qui précise en outre que la notion de maladie mentale, dans son histoire, sera traitée de façon «neutre».

«On ne dit pas que c’est positif ou négatif, on dit juste que ça existe, beaucoup plus qu’on pense.»

Le tournage de Wolfe s’amorcera ce mois-ci, et la sortie est prévue pour l’automne 2018. 


VOIR AUSSI: