NOUVELLES
31/01/2017 06:20 EST | Actualisé 01/02/2018 00:12 EST

Un secrétaire parlementaire à la défense du décret anti-musulman de Trump

OTTAWA — Le secrétaire parlementaire nommé par Justin Trudeau pour s'occuper spécifiquement des relations canado-américaines a semblé, mardi matin, justifier le décret de Donald Trump qui interdit l'entrée aux États-Unis de citoyens de sept pays à majorité musulmane.

Andrew Leslie a dit vouloir rectifier les faits en notant que Barack Obama a signé plus de décrets à sa première semaine à la présidence que Donald Trump.

Pour ce qui est de dire ce qu'il pense du décret de vendredi, M. Leslie prône une réaction discrète.

C'est ainsi, a-t-il dit, qu'on doit entretenir nos relations avec nos amis. Il a également conseillé de rester calmes et maintenir le cap.

Les déclarations de M. Leslie n'ont pas tardé à faire réagir.

La députée néo-démocrate Hélène Laverdière a rappelé que le problème n'est pas le nombre de décrets signés mais bien le contenu de celui signé vendredi dernier.

Les citoyens de la Syrie, de l'Iran, de l'Irak, de la Lybie, de la Somalie, du Soudan et du Yémen n'ont pas le droit d'entrer aux États-Unis pour les trois prochains mois, le temps que l'administration américaine revoit les règles d'obtention de visas. Le décret interdit aussi l'entrée au pays de tout réfugié pour les quatre prochains mois, tandis que les réfugiés syriens sont interdits pour toujours.