NOUVELLES
31/01/2017 04:48 EST | Actualisé 01/02/2018 00:12 EST

Londres et Washington "semblent vouloir inverser le cours de l'histoire" (roi des Belges)

Le roi des Belges Philippe a déploré mardi que le Royaume-Uni, avec le Brexit, et les Etats-Unis, après l'élection de Donald Trump, "semblent inverser le cours de l'Histoire" en ayant décidé de se "rencentrer sur eux-mêmes".

"L'année 2016 restera marquée par la décision prise par deux grands pays amis de se recentrer sur eux-mêmes", a déclaré dans un discours devant les corps constitués le souverain belge, dont le rôle est essentiellement protocolaire et dont les prises de position publiques sont validées par le gouvernement.

"Cette nouvelle attitude semble vouloir inverser le cours de l'Histoire et tranche avec leur tradition d'ouverture et de générosité, leur adhésion à un rêve et un engagement communs", a-t-il ajouté devant les principales autorités du royaume.

"Ces deux pays sont des leaders mondiaux, des phares de la démocratie et de la liberté", a-t-il rappelé, sans les citer nommément mais sans laisser de doutes sur leur identité.

"Ils ont été fondateurs de l'ordre mondial que nous connaissons aujourd'hui. Ils ont aidé à construire et à reconstruire l'Europe, notamment par leur courageux engagement lors des conflits armés qui l'ont déchirée", a relevé le chef de l'Etat. La Belgique a reçu le soutien militaire des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne pendant les deux conflits mondiaux et qui a pu bénéficier d'une aide économique américaine massive, notamment grâce au Plan Marshall.

Plus largement, le roi Philippe a estimé que "ceux qui tentent de travestir la vérité ou de creuser des fossés dans notre société mettent en péril la démocratie, parce que celle-ci est basée sur des valeurs fondamentales : le sens de la vérité, le respect et la modération".

Le souverain belge, dont le pays est l'un des six Etats fondateurs de l'Union européenne, a appelé de ses voeux une relance de la construction européenne.

"Continuons à construire une Europe qui permet à nos identités nationales de se renforcer en collaborant, plutôt que de s'affaiblir mutuellement en s'affrontant. En faisant des avancées concrètes, notamment dans les domaines de la sécurité et de l'immigration. En expliquant le fonctionnement de l'Europe et le sens de son histoire", a-t-il plaidé.

siu/mla/ib