NOUVELLES
31/01/2017 02:54 EST | Actualisé 01/02/2018 00:12 EST

Lech Walesa aurait collaboré avec la police communiste polonaise

VARSOVIE, Pologne — Une analyse graphologique démontre que Lech Walesa a collaboré contre rémunération avec la police secrète de la Pologne communiste entre 1970 et 1976, ont affirmé mardi des experts.

L'analyse de documents communistes signés par l'agent «Bolek» — que l'on croit depuis longtemps être M. Walesa — démontre «hors de tout doute» que celui fondera plus tard le mouvement Solidarité a accepté de collaborer avec la police secrète, ont dit des dirigeants de l'Institut national du Souvenir, une agence gouvernementale.

L'analyse révèle aussi que M. Walesa a rédigé des rapports concernant des collègues opposés au régime et qu'il a signé 17 reçus confirmant qu'il avait été payé, ont ajouté ces responsables.

L'homme de 73 ans a toujours systématiquement nié être «Bolek» et n'était pas en mesure de commenter mardi. Il affirme que les documents qui semblent démontrer le contraire sont des faux, ce qui a mené à leur analyse graphologique.

Ces documents ont été découverts récemment au domicile d'un ancien dirigeant communiste. Ils ont retenu l'attention du gouvernement conservateur actuel, qui se méfie de M. Walesa et tient à étaler son passé au grand jour.

Le patron de l'Institut, Jaroslaw Szarek, a dit que les conclusions de l'analyse graphologique ne changent rien au fait que M. Walesa a incarné la liberté polonaise dans les années 1980 et 1990.

M. Walesa, le lauréat du prix Nobel de la paix en 1983, est devenu le premier président polonais élu démocratiquement après la chute du communisme.