NOUVELLES
31/01/2017 07:21 EST | Actualisé 01/02/2018 00:12 EST

Attaque informatique contre le système de courriel de la diplomatie tchèque

Le ministre tchèque des Affaires étrangères Lubomir Zaoralek a révélé mardi que son bureau avait été la cible de pirates informatiques qui ont réussi à pénétrer dans les boîtes de courriel de dizaines d'employés de son ministère, dont la sienne.

"Depuis début janvier nous savons qu'une attaque a partiellement réussi, les pirates ayant pu accéder au système de courrier électronique", a dit le ministre à des journalistes.

Selon M. Zaoralek, aucune information confidentielle n'a cependant été compromise car les hackers n'ont pas réussi à s'infiltrer dans le système de communication interne du ministère.

L'attaque "a dû être menée de l'extérieur, par un autre pays. La manière dont elle a été conduite la fait ressembler beaucoup à celles contre le système internet du Parti démocrate américain", a ajouté le ministre, citant ses experts.

En juillet dernier les Démocrates américains ont été confrontés à une fuite de courriels, dont les responsables de la campagne de Hillary Clinton ont accusé la Russie. Selon un rapport récent de la CIA, le président Vladimir Poutine avait ordonné une campagne de piratage informatique et de manipulation médiatique visant à saper sa campagne présidentielle, et à favoriser celle de Donald Trump.

En octobre dernier la police tchèque, coopérant avec le FBI, a arrêté à Prague un pirate informatique russe accusé d'organiser des attaques contre des sites américains. Cet homme reste en détention préventive en République tchèque, les Etats-Unis comme la Russie ayant demandé son extradition.

En Pologne, le quotidien Rzeczpospolita a rapporté lundi qu'un groupe de pirates informatiques russes, APT28, avait tenté en décembre d'attaquer des serveurs du ministère des Affaires étrangères à Varsovie avec des courriels présentés comme envoyés par le secrétaire général de l'Otan. Ce groupe, aussi connu sous la dénomination de "Fancy Bears", est soupçonné de liens avec les services de sécurité russes.

frj-sw/via/mct