NOUVELLES
28/01/2017 05:31 EST | Actualisé 28/01/2017 05:31 EST

Décret anti-réfugiés: perturbations à l'aéroport JFK

Les arrivées à l'aéroport JFK de New York, principal port d'entrée américain pour les passagers internationaux, étaient perturbées samedi, après le décret interdisant aux ressortissants de sept pays musulmans d'entrer aux Etats-Unis signé vendredi par Donald Trump.

Les perturbations étaient particulièrement prononcées au Terminal 4 où d'importantes forces de police étaient déployées. Des centaines de personnes venues chercher des passagers avaient bien du mal à les retrouver leurs proches, les autorités ayant bloqué les principales sorties habituellement utilisées par les passagers, a constaté un photographe de l'AFP.

Sur le parking du terminal, plusieurs centaines de manifestants protestaient contre le décret à l'appel de plusieurs associations de défense des immigrés et réfugiés et de l'ACLU, la puissante association de défense des droits civiques.

"Laissez-les entrer! Laissez-les entrer!" criaient certains manifestants, sous l'oeil de nombreux policiers.

"A tous ceux qui sont près de New York: allez au Terminal 4 de JFK maintenant", a tweeté le réalisateur de documentaires Michael Moore, qui a déjà participé à plusieurs manifestations anti-Trump.*

L'actrice américaine Cinthia Nixon, connue pour son rôle dans la série Sex and the City, était aussi parmi les manifestants.

Deux représentants démocrates de New York au Congrès, Jerry Nadler et Nydia Velasquez, étaient aussi sur place pour essayer d'obtenir la libération des ressortissants retenus par la police à JFK en vertu du nouveau décret qui interdit pour 90 jours l'entrée aux Etats-Unis des ressortissants de sept pays (Irak, Iran, Yemen, Soudan, Libye, Somalie, Syrie), même s'ils ont des visas en règle ou des cartes vertes, le permis de séjour américain.

Après avoir obtenu la libération d'un ressortissant irakien ayant travaillé pour le gouvernement américain en début d'après-midi, M. Nadler a indiqué que lui et Mme Velasquez essayaient d'obtenir la libération de 10 autres ressortissants de ces pays retenus par les autorités.

Mais Mme Velasquez a précisé ensuite "ne pas savoir combien de personnes exactement sont détenues" ni "combien seraient actuellement à bord d'avions" en vol vers JFK.

Le décret a été signé vendredi en fin d'après-midi et mis en oeuvre dans la foulée par les autorités portuaires, prenant par surprise les ressortissants de ces pays en partance pour les Etats-Unis.

Il a été attaqué en justice dès samedi matin par plusieurs associations de défense des immigrés et l'ACLU, qui ont déposé plainte devant un tribunal fédéral new-yorkais demandant la libération de deux Irakiens avec des visas en règle arrivés vendredi soir à JFK comme de tous ceux qui seraient dans des cas similaires dans dans les aéroports américains.