BIEN-ÊTRE
27/01/2017 10:22 EST

Défilé à Québec: Myco Anna dévoile une collection qui fait oublier l'hiver (PHOTOS)

Christian Bacon

C’est déjà le printemps chez Myco Anna! La griffe de Québec, qui entame sa 22e année au sein de l’industrie de mode québécoise, a fait fi de la neige en présentant jeudi sa collection printemps-été 2017. Intitulée Passeport, la nouvelle mouture incite à plier bagage sans même attendre le printemps.

La petite entreprise, dont la maison-mère est toujours située sur la rue Saint-Vallier dans le quartier Saint-Sauveur, a dévoilé ses nouvelles créations lors du défilé collectif Voyage, présenté par Sur Mesure Magazine et la boutique Signatures québécoises. Inspirée par les destinations exotiques, la présidente et directrice du design Christiane Garant souhaitait ainsi « sortir de sa zone de confort » en renouvelant l’image de sa marque.

On dénote d’ailleurs plusieurs nouveautés, surtout dans les détails de confection : les ouvertures aux épaules, le retour du lin, les teintes délavées et les impressions diaphanes sur des textiles de viscose écologique. Le tout décliné dans une large palette chromatique, avec une prédominance de blanc, de tangerine et de bleuet.

« On s’inscrit dans les tendances internationales puisque nos clientes, comme toutes les Québécoises, voyagent davantage », explique la designer, ajoutant du même souffle que ce n’est pas une collection croisière ou pré-printemps, mais qu’elle a plutôt devancé le calendrier habituel pour accommoder les clientes qui partent dans le Sud en hiver. « Plusieurs morceaux sont déjà dans nos deux boutiques de Québec et arriveront dans les prochains jours dans les autres points de vente. »

Une centaine de points de vente

L’entreprise compte plus d’une centaine de points de vente, principalement au Québec, mais aussi en Ontario. Elle a ajouté dernièrement ses vêtements à la boutique Viva du tout nouvel hôtel du Village Vacances Valcartier. Myco Anna a aussi refait son site web et sa boutique en ligne en début d’année, question d’être « plus concurrentiel et actuel », de dire la présidente.

Un juste équilibre

N’empêche, les clientes régulières qui sont nombreuses à apprécier la signature originale de Myco Anna, avec ses découpes bigarrées de textiles recyclés, ne seront pas déçues. « Ce n’est pas la fin du patchwork, au contraire!, lance Christiane Garant. Chaque saison, nous cherchons de nouvelles façons de le présenter. Parfois, il est très présent, parfois il se fait discret. »

C’est que l’utilisation de matières recyclées est un processus de confection complexe et coûteux. « On pense souvent à tort que le recyclé est moins dispendieux, mais si on regarde de près toutes les étapes de confection, du triage au lavage et à la couture, c’est beaucoup plus long. »

C’est pourquoi l’entreprise de Québec s’est tournée ces dernières années vers les textiles écologiques, comme la viscose et le coton biologique, dont plusieurs sont tissés au Québec. « Il y a plusieurs façons d’être écoresponsable », martèle la designer.

Une première partie destinée au voyage

En première partie du défilé, la marque montréalaise ZAÄN a présenté ses petites robes polyvalentes, taillées pour toutes les silhouettes féminines, tandis que la boutique Signatures québécoises a présenté les maillots signés Seisen, vendus en exclusivité à la boutique.


Galerie photo Le défilé printemps-été 2017 de Myco Anna Voyez les images


À VOIR AUSSI