NOUVELLES
26/01/2017 03:34 EST | Actualisé 26/01/2017 03:34 EST

L'armée canadienne opposée à la torture

A group of Canadian soldiers wearing green camouflage uniforms march together.
Brian Kennedy via Getty Images
A group of Canadian soldiers wearing green camouflage uniforms march together.

L'armée canadienne est strictement opposée à la pratique de la torture sur des prisonniers, qui va "à l'encontre de la Convention de Genève", a souligné jeudi le commandant des forces canadiennes déployées en Irak contre le groupe État islamique.

Cette mise au point intervient au lendemain d'une nouvelle déclaration du président américain Donald Trump en faveur de la simulation de noyade pour interroger des prisonniers.

Les armées canadiennes et américaines sont très intégrées, que ce soit pour la surveillance de l'Amérique du Nord, pour l'échange de renseignements ou pour la conduite d'opérations militaires conjointes.

"La torture est contre le code de conduite des forces armées canadiennes", a insisté en point de presse le général Shane Brennan, commandant du contingent canadien déployé en Irak, qui comprend des avions de surveillance et environ 200 membres des forces spéciales.

Rappelant que la torture est "contre la convention de Genève" sur les prisonniers de guerre et va à l'encontre "de nos croyances", il a expliqué que "les soldats canadiens sont entraînés à ne participer à aucune forme de torture".

Malgré son parti pris favorable à la torture, le président Trump a indiqué qu'il s'en remettait au secrétaire à la Défense et au chef de la CIA pour savoir s'il fallait la rétablir.

Le Pentagone a noté jeudi que le général James Mattis, nouveau secrétaire à la Défense, est favorable au maintien des règles américaines actuelles pour les interrogatoires des prisonniers prohibant l'utilisation de la torture.


VOIR AUSSI:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter