DIVERTISSEMENT
25/01/2017 04:09 EST | Actualisé 25/01/2017 05:03 EST

«Les filles, c'est nono»: Richard Martineau rabroué par le Conseil de presse du Québec (VIDÉO)

Richard Martineau en a fait sourcillé plus d'un avec ses propos sur les femmes dans la chronique «Les filles, c’est nono (projet de monologue)» publiée dans le Journal de Montréal et le Journal de Québec en février dernier. Si bien que le Conseil de presse du Québec (CPQ) a rabroué le chroniqueur.

En tout, ce sont plus de 51 personnes qui ont porté plainte contre Martineau pour ce texte jugé dégradant:

«Hey, les gars, on va se parler entre nous, dans le blanc des yeux.

Vous ne trouvez pas que les filles sont nounounes, parfois?

On les aime, on les adore, mais...»

«Tu vas porter un col roulé, des gants noirs, des bas de laine et un gros voile sur la tête parce qu’Allah veut que tu t’habilles comme ça», et elle va te regarder en disant: «OK!»

C’est pas un peu nono, ça?»

«Ou alors, tu regardes ta blonde et tu lui dis: «Chérie, j’aimerais ça que t’aies des plus grosses boules. Pourquoi tu ne vas pas chez le docteur te faire injecter du plastique dans les seins pour me faire plaisir?»

La fille va te regarder et va dire: «OK!»

Pas plus compliqué que ça!»

Le comité des plaintes, ou plutôt trois membres sur cinq, ont abondé dans le sens des plaignants «jugeant que le chroniqueur avait effectivement encouragé des préjugés dégradants lorsqu’il écrit qu’"aucun homme n’accepterait" le traitement que subissent certaines femmes.»

Les deux autres personnes ont plutôt jugé que le texte de Richard Martineau relevait de la satire.

Comme le CPQ est un tribunal d'honneur, le chroniqueur ne fera face à aucune sanction.

Rappelons que Quebecor, qui possède le Journal de Québec et le Journal de Montréal, a quitté le Conseil de presse en 2010 suite à une «insatisfaction accumulée».

Ce n'est pas la première fois que Richard Martineau est blâmé par le CPQ. En 2012, une autre plainte avait été retenue contre lui, cette fois pour une chronique intitulée «La CLASSE ou la CASSE ?».

À VOIR AUSSI: