NOUVELLES
22/01/2017 07:16 EST | Actualisé 23/01/2018 00:12 EST

Le PQ présente son plan pour faire bouger les Québécois une heure par jour

MONTRÉAL — Jugeant que depuis 2014 l'obésité a eu une «partie gratuite» sous la gouverne des libéraux, le chef du Parti québécois (PQ) Jean-François Lisée a présenté dimanche son plan pour faire bouger tous les Québécois une heure par jour.

Le PQ compte essentiellement reprendre les recommandations que lui avaient faites plusieurs experts consultés lors d'une tournée du Québec, qui a été menée en 2013 alors que le parti était au pouvoir.

En conférence de presse à Montréal, le porte-parole du PQ en matière de saines habitudes de vie, de loisirs et de sports, Sylvain Pagé, a expliqué que les Québécois de tous âges seraient appelés à effectuer une activité motrice pendant une heure, du Centre de la petite enfance (CPE) jusqu'au Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

Par exemple, les enfants des écoles seraient encouragés à bouger lors des récréations, à l'heure du midi et même dans les classes — notamment à l'aide de vélo-pupitres. Le PQ veut aussi inciter les travailleurs, les personnes âgées et les Autochtones à se garder en forme.

M. Lisée déplore que les recommandations issues de la tournée de 2013 aient été «mises sur une tablette» par les libéraux lorsqu'ils sont arrivés au pouvoir en 2014.

Chaque ministre de l'Éducation avait dit à M. Pagé qu'il s'inspirerait de son plan, selon lui. Mais finalement, «le téléphone n'a jamais sonné», a-t-il constaté.

Selon les données de l'Institut de la statistique du Québec, 14,6 pour cent des Québécois de 12 ans et plus étaient en situation d'obésité en 2007-2008, alors qu'ils étaient 17,4 pour cent en 2013-2014.

La Coalition poids a salué l'initiative du Parti québécois. «Il est décevant de constater que la Politique nationale de l'activité physique, du sport et du loisir, initiée sous le gouvernement Marois et soutenue par de nombreux organismes, n'a toujours pas été adoptée par le gouvernement libéral. Ça fait des années qu'on l'attend», a affirmé sa directrice, Corinne Voyer.