NOUVELLES
22/01/2017 05:38 EST | Actualisé 23/01/2018 00:12 EST

Israël s'inquiète de la hausse des actes antisémites en 2016 (rapport)

Israël s'inquiète de la hausse des actes antisémites dans le monde en 2016, selon un rapport du ministère de la Diaspora présenté dimanche qui dénonce notamment l'émergence d'une nouvelle extrême droite aux Etats-Unis.

"Nous avons constaté une augmentation du nombre d'incidents à caractère antisémite dans le monde, qui vont des insultes antisémites, notamment sur les réseaux sociaux, aux agressions physiques", affirme ce rapport de 54 pages.

Il est publié en vue de la Journée internationale à la mémoire des victimes de la Shoah le 27 janvier.

Parmi ses principaux points, figurent le bond de 50% du nombre d'agressions antisémites en Allemagne par rapport à 2015, de 62% d'actes violents contre des juifs en Grande-Bretagne et de 45% d'actes antisémites sur les campus américains.

Concernant les Etats-Unis, le rapport dénonce la "hausse de l'antisémitisme dans la campagne présidentielle" au cours de laquelle "la nouvelle droite a pris de l'ampleur". Il évoque "le paradoxe de cette droite qui soutient Israël et tient un discours raciste et antisémite".

La mouvance "al-right", qui a récemment fait irruption sur la scène publique américaine, n'a pas de structure formelle et son idéologie puise dans l'extrême-droite traditionnelle et la théorie de la suprématie blanche autant que dans une dénonciation du libre-échange économique.

Le rapport souligne en revanche une baisse de 65% des actes antisémites en France en 2016, avec 294 agressions reconnues contre 808 en 2015. "Cette baisse est due notamment aux efforts du gouvernement avec la mise en place du Plan de lutte contre le racisme et l'antisémitisme", un plan doté de 100 millions d'euros sur 3 ans et présenté en avril 2016 par le Premier ministre Manuel Valls.

"Malgré la baisse des actes antisémites, les juifs de France ne sont pas à l'aise avec l'expression publique de leur identité juive et le nombre de juifs quittant la France pour d'autres pays, y compris Israël, reste important en 2016", précise le rapport.

Le ministère impute le nombre croissant d'actes antisémites à la popularité grandissante des partis d'extrême-droite en Europe et également à la gauche radicale qui "sous prétexte de critiquer Israël a créé une nouvelle forme d'antisémitisme en Europe".

mib/jlr/jri