NOUVELLES
18/01/2017 04:20 EST | Actualisé 18/01/2017 04:31 EST

Transferts en santé: Ottawa se livre au chantage, selon Barrette

La Presse canadienne

Le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette, accuse Ottawa de se livrer à la menace et au chantage pour forcer les plus petites provinces et les territoires à signer des ententes bilatérales et fragmenter le front commun des provinces en matière de transferts de fonds en santé.

De passage à Montréal, mercredi, le ministre Barrette a dit avoir lui-même reçu, mardi, une missive de son homologue fédérale Jane Philpot, qui était, selon son expression "juste en deçà de la menace formelle."

Gaétan Barrette a de plus affirmé avoir eu confirmation que la Saskatchewan n'avait eue d'autres choix que de signer une entente bilatérale avec le gouvernement Trudeau parce que ce dernier menaçait de réduire unilatéralement ses transferts si la province ne se pliait pas à ses conditions.

Par contre, le gouvernement fédéral, qui a déjà menacé de sévir contre les provinces qui imposent des frais accessoires parce qu'ils vont à l'encontre de la Loi canadienne sur la santé, a permis à la Saskatchewan de continuer à le faire par le biais de cette entente bilatérale.

Gaétan Barrette qualifie cette décision de "scandaleuse" puisqu'Ottawa accepte, d'une part, l'imposition de frais accessoires illégaux et démontre, d'autre part, que son financement est insuffisant puisque la province des Prairies ne pourrait boucler son budget en santé sans imposer de tels frais.

Plus tôt dans la journée, le premier ministre Justin Trudeau avait été interrogé sur le financement des soins de santé et les désaccords avec les provinces lors d'un passage en Estrie.

Le premier ministre s'est contenté de répondre qu'il se réjouissait de la forte représentation québécoise au sein de son caucus, qu'il s'entendait bien avec le premier ministre Philippe Couillard, qu'il était normal de ne pas être "tout à fait alignés" sur certains dossiers et que son gouvernement investissait en soins à domicile et en santé mentale parce que c'est important.

Cette réponse a fait bondir Gaétan Barrette, qui a reproché à Justin Trudeau de n'avoir que des "réponses de cassette, des réponses creuses" à offrir aux Canadiens pendant que son gouvernement, qui avait promis un fédéralisme de collaboration, pratique plutôt un "fédéralisme prédateur".

La désaffiliation de la Saskatchewan quatrième province avec le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve à s'entendre avec Ottawa en plus des Territoires du Nord-Ouest, du Yukon et du Nunavut n'inquiète pas outre mesure Gaétan Barrette, qui fait valoir que les six provinces restantes représentent toujours 90 pour cent de la population canadienne.

Depuis Davos, en Suisse, où il participe au Forum économique mondial, le premier ministre Couillard a lui-même invité les Québécois à écrire à leurs députés fédéraux pour signifier leur mécontentement face à l'attitude du gouvernement Trudeau.

VOIR AUSSI: