POLITIQUE
18/01/2017 05:28 EST | Actualisé 20/01/2017 10:09 EST

Ottawa et Québec ont brièvement discuté du dossier de Bombardier à Davos

FABRICE COFFRINI via Getty Images
A Bombardier CSeries CS100 commercial plane of Swiss International Air Lines takes off on January 15, 2017 at Zurich Airport. / AFP / FABRICE COFFRINI (Photo credit should read FABRICE COFFRINI/AFP/Getty Images)

Le dossier de l'aide fédérale à Bombardier a été brièvement abordé au Forum économique mondial de Davos, mais Québec n'a pas fait pression outre mesure auprès du ministre fédéral responsable du dossier, qui se trouvait lui aussi dans les Alpes suisses.

En point de presse, M. Couillard s'est limité à dire, mercredi, que le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, lui avait dit que les discussions avec la multinationale québécoise "allaient bien", sans toutefois avoir plus de détails.

"Je n'ai aucun détail à vous donner sur le type d'entente ou le type d'investissement qui serait fait, a dit M. Couillard. Ce qu'ils vont faire, j'espère que ça va bientôt être annoncé."

Plus tôt dans la journée, les deux hommes avaient participé à deux annonces à caractère économique au Forum.

L'automne dernier, M. Couillard avait levé le ton à l'égard du gouvernement Trudeau, l'intimant d'imiter Québec et de monter dans la CSeries. Québec a injecté 1 milliard $ US dans le programme de cet avion commercial pour en acquérir une participation de 49,5 pour cent.

Questionné, le premier ministre n'a pas voulu spéculer sur la possibilité qu'Ottawa puisse investir dans un autre projet que la CSeries de Bombardier (TSX:BBD.B), un scénario qui, s'il se concrétise, augmenterait le risque pris par l'État québécois à l'endroit de ce nouvel avion commercial.

"Si l'entreprise dit avoir des projets d'innovation différents de la CSeries et que le gouvernement fédéral apporte son soutien, c'est bon pour le Québec et l'entreprise", a-t-il affirmé.

M. Couillard a rappelé qu'il aurait aimé voir Ottawa prendre une décision plus rapide, puisque la demande de Bombardier a été soumise il y a maintenant plus d'un an, mais il s'est dit encouragé de recevoir des signaux positifs de M. Bains ainsi que du premier ministre Justin Trudeau.

Dans un entretien distinct, M. Bains a également confirmé avoir discuté du dossier, répétant son message selon lequel son gouvernement voulait s'assurer de préserver des emplois au pays en plus de stimuler les investissements dans le secteur de l'innovation.

Il s'est défendu d'avoir repris le même message lorsqu'il avait été interrogé sur le sujet, l'an dernier, au Forum économique.

"La demande initiale était pour 1 milliard $, a rappelé M. Bains. Maintenant, (les discussions) concernent l'innovation. Ce n'est pas une question de si, mais de quand. Nous sommes engagés à l'égard du secteur aéronautique et nous voulons maintenir au pays des emplois de qualité."

De passage à Sherbrooke dans le cadre de sa tournée pancanadienne, le premier ministre Justin Trudeau a également dit que son gouvernement travaillait avec Bombardier, ajoutant qu'il fallait prendre le temps nécessaire pour appuyer l'entreprise de la "bonne façon."

VOIR AUSSI:

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Bombardier CS300 - Illustrations Voyez les images