Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Ondrej Pavelec de retour devant le filet des Jets

Ondrej Pavelec aura dû patienter 99 jours avant que les Jets procèdent à son rappel de la Ligue américaine de hockey. Mais sa patience sera récompensée puisque Paul Maurice a confirmé que le gardien de 29 ans affrontera les Coyotes de l'Arizona mercredi.

Un texte de Pierre-Gabriel Turgeon

J’ai joué quatre mois avec le Moose et soudainement je reçois l’appel. Ça m’a surpris, mais je suis surtout heureux.

Dans la Ligue américaine de hockey (LAH), Pavelec montre une fiche de 8 victoires, 7 défaites et 2 revers en prolongation, lui qui a partagé le filet avec son coéquipier Eric Comrie.

« J’ai connu un lent départ, je ne jouais pas beaucoup en début de la saison, mais en décembre j’ai eu plus de départs dont le dernier où je me sentais très bien, mais ça reste la Ligue américaine », relate le gardien de but.

Le duo Hellebuyck-Hutchinson connaît présentement des ratés ce qui coïncide au rappel du vétéran gardien. Depuis le passage du Canadien de Montréal au Centre MTS, les Jets n’ont pas connu la victoire à leurs quatre derniers matchs voyant leurs chances de participer aux séries éliminatoires s’amoindrir.

« Nous devons remporter des victoires et nos deux gardiens éprouvent certaines difficultés, avoue l’entraîneur-chef Paul Maurice. Ondrej joue bien présentement et il pourrait nous donner une chance de gagner demain. »

« Je sais que je peux jouer dans cette ligue », a indiqué Connor Hellebuyck après l’entraînement, en ajoutant que cette situation ne lui fait pas perdre confiance en ses moyens. « Je sais que je suis bon et je sais ce que je peux répondre aux attentes. »

Au commencement de la saison, l’organisation a opté pour garder Connor Hellebuyck (23 ans) que plusieurs considèrent comme le gardien d’avenir et Michael Hutchinson (26 ans) qui agissait comme substitut à Ondrej Pavelec lors des deux campagnes précédentes.

« Nous savions que nos gardiens étaient jeunes et qu’une phase de développement se produirait, explique Paul Maurice. Je ne les regarde pas en me disant qu’ils ne sont pas à la hauteur, ils ne jouent pas aussi bien qu’ils le devraient, mais je crois toujours en eux. »

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.