DIVERTISSEMENT
17/01/2017 02:01 EST | Actualisé 17/01/2017 02:06 EST

Coeur de Pirate s'ouvre sur son anxiété dans une chronique dans Noisey de Vice

PARIS, FRANCE - DECEMBER 12:  Singer Beatrice Martin aka Coeur de Pirate attends 'Link Aides' Charity Dinner at Pavillon Cambon Capucines on December 12, 2016 in Paris, France.  (Photo by Laurent Viteur/Getty Images)
Laurent Viteur via Getty Images
PARIS, FRANCE - DECEMBER 12: Singer Beatrice Martin aka Coeur de Pirate attends 'Link Aides' Charity Dinner at Pavillon Cambon Capucines on December 12, 2016 in Paris, France. (Photo by Laurent Viteur/Getty Images)

Coeur de Pirate n'a pas fini de nous surprendre! Après de mutliples rebondissements en 2016, la chanteuse nous revient avec une nouvelle chronique hebdomadaire dans les pages de Noisey, un magazine en ligne spécialisé en musique du groupe Vice. Le sujet? Son anxiété, qu'elle soit dans les domaines de sa vie personnelle, professionnelle ou sociale.

Sous le titre I'm Afraid of Everyone, Béatrice Martin se confie sur son ascension vers le succès dans son premier texte. De son enfance troublée par l'intimidation à sa popularité grandissante, l'artiste avoue avoir toujours eu l'impression d'avoir peur de tout le monde.

«À ce moment, j'étais très excitée de commencer l'école primaire, de me faire de nouveaux amis. Mais quand j'y suis arrivée, c'est là que j'ai commencé à m'effriter. Je ne sais trop comment, je suis devenue la fille à intimider. J'étais ciblée par presque tout le monde - même les enfants qui n'étaient pas mes intimidateurs réguliers. Tous les matins, je prenais l'autobus et j'étais forcée à m'asseoir par terre, à côté des poubelles proche du chauffeur. Il n'a jamais rien dit.»

Et ça ne s'est malheureusement pas amélioré avec le temps et surtout, le succès.

«Dès que quelqu'un me demandait ma photo dans la rue, je sautais de peur. Si je devais faire un spectacle, je me cachais derrière le piano, comme s'il allait me protéger. Ça ne l'a pas fait. Bientôt, ma vie est devenue d'intérêt public. Les photos nues que j'avais prises, mes erreurs, ma famille, ma vie amoureuse, tout était là pour qui voulait bien le prendre.»

Pour lire la chronique complète, en anglais, c'est ici.

À VOIR AUSSI:

INOLTRE SU HUFFPOST

FEQ 2016 : Coeur de Pirate