POLITIQUE
13/01/2017 03:32 EST | Actualisé 13/01/2017 03:32 EST

L'affaire Aga Khan continue à hanter Justin Trudeau pendant sa tournée

La tournée d'assemblées publiques du premier ministre Justin Trudeau ne lui permet pas d'échapper aux questions sur ses vacances des Fêtes, passées sur une île isolée des Caraïbes appartenant à l'Aga Khan.

M. Trudeau continue à défendre son voyage à bord de l'hélicoptère privé du richissime chef spirituel, bien que la loi fédérale sur les conflits d'intérêts interdise de tels déplacements.

Le premier ministre affirme que les Canadiens s'attendent à avoir confiance en leur gouvernement et s'est engagé à répondre à toute question de la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique, Mary Dawson.

Or, l'Aga Khan ne représentait pas la préoccupation principale des citoyens qui ont rempli une salle de Peterborough, en Ontario, pour interroger le premier ministre à propos du prix grandissant de l'électricité, des projets d'oléoducs, de l'impact de la taxe sur le carbone ou encore de l'arrivée imminente de Donald Trump à la Maison-Blanche.

Justin Trudeau a amorcé sa journée de vendredi auprès de militaires dans ville de Quinte West. Il devait ensuite faire escale

à Toronto avant de prendre part à une autre assemblée publique, à London, toujours en Ontario.

La controverse suscitée par ce séjour, qu'il continue à qualifier de "vacances en famille", l'a hanté tout au long de la semaine.

Le premier ministre et son entourage, qui comprenait la présidente du Parti libéral du Canada ainsi qu'un de ses députés, auraient voyagé aux frais de l'Aga Khan à partir de Nassau puisqu'il s'agissait de l'unique moyen de se rendre à leur destination, dans les Bahamas.

La loi sur les conflits d'intérêts, de même que sa propre directive en matière d'éthique, interdisent tout déplacement parrainé à bord d'avions privés, sauf dans des circonstances exceptionnelles relatives aux fonctions de premier ministre et avec l'approbation préalable de la commissaire à l'éthique.

Mercredi, le député conservateur Blaine Calkins s'est fait l'écho de son collègue et candidat à l'investiture, Andrew Sheer, qui avait exhorté la commissaire Mary Dawson à ouvrir une enquête la veille.

Les deux conservateurs souhaitent attirer son attention sur les fonds fédéraux versés à la fondation de l'Aga Khan. Le gouvernement canadien a financé plusieurs de ses projets d'aide humanitaire à la hauteur de dizaines de millions de dollars.

L'Aga Khan, qui ne figure pas au registre des lobbyistes, est le chef spirituel héréditaire de quelque 15 millions de musulmans ismaéliens et un philanthrope reconnu à travers le monde.

En 2009, le premier ministre conservateur Stephen Harper l'avait fait citoyen d'honneur du Canada.