NOUVELLES
12/01/2017 00:17 EST | Actualisé 13/01/2018 00:12 EST

Syrie: six civils tués dans des frappes du régime (OSDH)

L'armée de l'air syrienne a mené jeudi des raids dans la province d'Alep tuant au moins six civils, en dépit d'une trêve fragile en vigueur depuis deux semaines, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la province voisine d'Idleb, au moins 22 jihadistes ont par ailleurs été tués au cours des dernières 24 heures par des frappes aériennes lancées par le régime ou par la coalition internationale antijihadistes, a annoncé cette ONG basée au Royaume Uni.

Les six civils, dont quatre enfants, ont péri dans un raid du régime qui a touché tôt jeudi une maison du village Babka situé dans l'ouest de la province septentrionale d'Alep. Le bilan pourrait s'alourdir, certains blessés étant grièvement touchés, selon l'OSDH.

D'après l'Observatoire, la plupart des jihadistes tués à Idleb sont des combattants du Front Fateh al-Cham (ex-Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda). Deux commandants de ce groupe ont péri mercredi dans un raid de la coalition internationale contre leur convoi.

La province d'Idleb est contrôlée par une alliance de rebelles et du Front Fateh al-Cham.

Ces bombardements aériens sont menés alors que la trêve instaurée fin décembre est toujours officiellement en vigueur. Ils interviennent moins de deux semaines avant l'ouverture de négociations de paix, prévue le 23 janvier à Astana au Kazakhstan, sous l'égide de la Russie et de la Turquie.

Depuis l'entrée en vigueur de la trêve le 30 décembre, les frappes du régime sur les bastions rebelles ont baissé mais sans cesser totalement. Fateh al-Cham est, comme le groupe jihadiste Etat islamique (EI), exclu de l'accord parrainé par Moscou et Ankara.

Le principal front reste la région rebelle de Wadi Barada, à 15 km de Damas, où se trouvent les principales sources d'approvisionnement en eau de la capitale et que le régime veut à tout prix reprendre.

Le gouvernement syrien a fait état mercredi d'un accord prévoyant la reprise du contrôle de cette région et un retour de l'approvisionnement en eau de la capitale, mais l'opposition a démenti cette information.

Le président Bachar al-Assad a récemment affirmé que le Front Fateh al-Cham se trouvait à Wadi Barada, ce que démentent les rebelles.

sah/hj/nbz