NOUVELLES
12/01/2017 03:54 EST | Actualisé 13/01/2018 00:12 EST

Rapport Trump: le chef du renseignement américain dément une fuite de ses services

Le directeur du renseignement américain, James Clapper, a exprimé à Donald Trump sa "profonde consternation" après la fuite d'un rapport sur des liens présumés entre le président élu et la Russie, affirmant que ses services n'étaient pas à l'origine de ce texte ni de sa diffusion.

"Nous ne nous sommes pas basés sur (ce document) pour nos conclusions", a aussi écrit dans un communiqué M. Clapper, sans préciser la teneur de ces conclusions.

Selon des médias américains, un ex-agent des services secrets britanniques est l'auteur de ce rapport, dont les chefs du renseignement américain ont informé en fin de semaine dernière le président sortant Barack Obama et Donald Trump.

James Clapper a affirmé avoir évoqué avec Donald Trump mercredi ces allégations faisant état de liens de longue date entre le président élu et le Kremlin, et de l'existence d'une vidéo avec des prostituées, qui aurait été filmée clandestinement par les services russes à des fins de chantage.

"Ce soir (mercredi), j'ai eu l'occasion de parler avec le président élu Donald Trump pour évoquer les récentes informations de presse au sujet de notre réunion de vendredi" dernier, a dit M. Clapper.

"J'ai exprimé ma profonde consternation à la suite de ces fuites qui sont apparues dans la presse, et nous avons tous deux convenu qu'elles sont extrêmement corrosives et portent atteinte à notre sécurité nationale", a-t-il ajouté.

Donald Trump a confirmé dans un tweet jeudi matin avoir été appelé par M. Clapper. "James Clapper m'a appelé hier pour dénoncer ce rapport mensonger et fictif qui a été diffusé illégalement. Des éléments inventés et bidon. Quel dommage!", a-t-il écrit.

Le futur président avait laissé éclater sa colère la veille lors d'une conférence de presse, dénonçant des "fausses informations" et accusant les services américains de renseignement d'être à l'origine des fuites.

Mais M. Clapper a assuré avoir déclaré au président élu qu'il était improbable que les renseignements américains soient la source de ces informations de presse.

"J'ai souligné que ce document n'est pas un produit des renseignement américains et je ne crois pas que les fuites viennent de la communauté du renseignement" américain, a-t-il dit.

Il a ajouté que les renseignements américains n'avaient "aucun jugement quant à la fiabilité des informations contenues dans ce document".

sg/are/at

THE NEW YORK TIMES COMPANY