NOUVELLES
12/01/2017 02:37 EST | Actualisé 13/01/2018 00:12 EST

Pologne: l'opposition "suspend" l'occupation du parlement

L'opposition libérale polonaise a décidé jeudi de "suspendre" l'occupation de l'hémicycle par ses députés qui protestaient depuis le 16 décembre contre des restrictions frappant la presse parlementaire et l'adoption jugée "illégale" du budget 2017.

Le président de la Plateforme civique (PO, libéral) Grzegorz Schetyna l'a annoncé aux médias au parlement, tout en indiquant que son parti allait demander la démission du président de la Diète (chambre basse) Marek Kuchcinski qu'il accuse d'être à l'origine de la crise.

Il a affirmé que l'opposition avait "sauvé l'essentiel" en obtenant la suppression des restrictions au travail des journalistes parlementaires.

"Comme nous avons rétabli la présence des médias au parlement et la possibilité de rendre compte sans entrave des travaux parlementaires, nous suspendons notre protestation", a dit M. Schetyna.

"C'est la fin d'une étape, et le début d'une autre", a-t-il ajouté.

Enfin, il a appelé le président Andrzej Duda à ne pas signer la loi des finances.

Les travaux parlementaires seront toutefois suspendus jusqu'au 25 janvier, a décidé le président de la Diète Marek Kuchcinski. "Une analyse plus approfondie de ce qui s'est passé au cours des dernière semaines à la Diète est nécessaire", a-t-il déclaré.

Dès leur arrivée au pouvoir après les législatives d'octobre 2015, les dirigeants du parti conservateur Droit et Justice (PiS) avaient lancé plusieurs initiatives controversées, cherchant à réformer le Tribunal constitutionnel et les médias publics, ce qui a suscité des inquiétudes pour l'Etat de droit en Pologne au niveau du Conseil de l'Europe et de la Commission européenne.

via/bo/at