DIVERTISSEMENT
12/01/2017 12:32 EST | Actualisé 12/01/2017 12:32 EST

La réalité des femmes dans le cinéma canadien au Palm Springs International Film Festival

Des 7 films canadiens présentés au Palm Springs International Film Festival, qui se tient du 2 au 16 janvier, quatre sont réalisés par des femmes, une statistique beaucoup plus égalitaire que la norme de l'industrie. Lors de notre passage au festival en Californie, nous en avons profité pour en discuter avec les réalisatrices Anne Émond (Nelly) et Chloé Robichaud (Pays) qui exploitent d'ailleurs des facettes différentes de la réalité des femmes dans leurs longs métrages respectifs.

Galerie photo Anne Émond et Chloé Robichaud au Palm Springs Festival Voyez les images


Pays de Chloé Robichaud

Pays, le film de Robichaud, met en scène le destin de trois femmes distinctes, à des étapes différentes de leur vie, sur trame de conflit politique. Chacune est confrontée à une réalité, à des choix, à des désillusions qui les frappent de plein fouet, remettant ainsi toutes leurs décisions en perspective. « On n'est pas habitué à voir des femmes en politique. Les films politiques sont souvent réalisés dans un univers masculin, mais ça reste que c'est encore ça la situation aujourd'hui: il n'y a pas beaucoup de femmes dans ce milieu-là, » explique la cinéaste.

De la jeune élue naïve confrontée à une ancienne école de pensée patriarcale, à la présidente d'une nation fictive endurcie par ses années en politique, en passant pas une médiatrice qui tente tant bien que mal de concilier sa carrière et sa vie de famille, aucune des femmes illustrées dans Pays ne migre bien loin de la vérité. «Après avoir interviewé plusieurs politiciennes, j'ai été étonnée de voir que ce que j'imaginais était assez près de la réalité», poursuit Robichaud.

«Si on parle de sexisme, ce n'est même pas les politiciennes elles-mêmes qui m'en ont parlé, mais plutôt les hommes. Certains ont lu mon scénario et on dit que la situation était bien pire que ce que j'étais en train d'écrire. Que ça soit les gars qui me le disent, ça, ça m'a surpris. En même temps, que ce soit eux qui le constatent, c'est encourageant; on est dans un point tournant par rapport à ça.»

LIRE AUSSI:

Palm Springs International Film Festival 2017: Deux films incontournables

Nelly d'Anne Émond

Avec Nelly, Anne Émond ne cherchait pas uniquement à illustrer la vie tragique et tourmentée de la grande auteure en question. « J'avais envie de faire un film qui pourrait parler à tout le monde, que t'aies lu ou non les livres. Oui le film parle de Nelly Arcan, mais le film parle aussi de la difficulté d'être une femme dans le monde dans lequel on vit. Il faut être belle pour les hommes, mais pas trop belle: parce que lorsqu'on va présenter nos films, alors là on a réussi parce qu'on est belle», relate la réalisatrice.

«Je ne pense pas que ça m'a bloqué d'être une femme dans mon industrie. J'ai fait mon chemin et je suis encore jeune, mais moins jeune. Je me vois vieillir, je n'aime pas ça et je la vis la pression. Je commence à me poser des questions. Vas-tu faire du Botox? Comment je vais faire pour ne pas tomber dans le panneau? Et je ne suis même pas actrice, imagine! Ça doit être vraiment difficile...»

Le film, qui sortira en salles le 20 janvier prochain, constitue le troisième effort d'Émond et celui-ci risque de résonner fortement auprès des femmes, tout comme Pays, qui touche plusieurs cordes sensibles. À voir!