NOUVELLES
12/01/2017 01:14 EST | Actualisé 13/01/2018 00:12 EST

L'Université américaine de Kaboul "attristée" par la vidéo des professeurs enlevés

Les autorités et les étudiants de l'Université américaine de Kaboul ont exprimé leur "tristesse et leur douleur" après la diffusion d'une vidéo montrant leurs deux professeurs, américain et australien, enlevés en août par les talibans.

Les insurgés ont diffusé mercredi soir un enregistrement vidéo d'un peu plus de 13 minutes des deux otages, l'Américain Kevin King et l'Australien Tim Weeks, dont on était officiellement sans nouvelles depuis leur rapt.

Dans cet enregistrement, les deux hommes assis en vêtements civils devant une étoffe blanche, déclarent qu'ils sont filmés le 1er janvier après cinq mois de captivité, et précisent leur identité ainsi que celle de leurs parents.

C'est la première "preuve de vie" de ces deux otages, capturés en début de soirée par des hommes armés, vêtus d'uniformes des forces de sécurité le 7 août 2016, alors qu'ils quittaient l'Université américaine pour regagner leur résidence.

"Nous tous, étudiants, personnels, administrateurs et anciens élèves de l'Université américaine de Kaboul (AUAF), sommes attristés et affectés par ce que nous avons vu sur la vidéo de nos collègues Tim et Kevin diffusée par les talibans", écrit le président de l'établissement, David Sedney "au nom de toute la communauté de l'AUAF".

"Nous appelons les talibans à (les) libérer immédiatement en toute sécurité ainsi que tous leurs autres otages".

"Tim et Kevin sont venus en tant que professeurs, pour aider l'Afghanistan. Ils sont innocents et n'ont jamais fait de mal à personne, ils doivent maintenant retrouver leur famille, leurs amis et leurs collègues", poursuit M. Sedney.

Puis il s'adresse aux deux otages: "Kevin et Tim, si vous entendez ces mots, sachez que nous sommes avec vous, nous vous soutenons, nous nous soucions pour vous et nous voulons que vous rentriez chez vous maintenant. Vous faites partie de notre famille et de celle de l'Université américaine d'Afghanistan et nous allons oeuvrer sans relâche, faire tout notre possible pour vous ramener à la maison".

"Nous n'aurons de repos jusqu'à votre retour parmi nous" conclut-il en promettant de "ne jamais abandonner".

Les autorités australiennes ont affirmé jeudi "travailler étroitement avec d'autres gouvernements pour assurer la libération" de leur otage, sans autre détail.

En septembre, le Pentagone avait révélé une tentative ratée de les libérer par la force dans le courant du mois d'août.

Ces deux professeurs sont les premiers enlevés parmi le personnel étranger de l'AUAF, ouverte en 2006.

ach/cr