NOUVELLES
12/01/2017 08:16 EST | Actualisé 13/01/2018 00:12 EST

L'OSCE veut plus de moyens pour sa mission d'observation en Ukraine

La mission d'observation de l'OSCE chargée de surveiller la zone du conflit dans l'est de l'Ukraine doit être dotée de meilleurs équipements et de la capacité de patrouiller la nuit, a réclamé jeudi l'Autriche qui préside cette année l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

"Le problème actuel de la mission d'observation est qu'elle n'a pas les accès nécessaires et que les conditions de sécurité sont si mauvaises qu'elle ne peut fonctionner comme il faut", a déploré le ministre autrichien des Affaires étrangères Sebastian Kurz.

"Avec un meilleur accès, la capacité de patrouiller la nuit et un meilleur équipement technique, nous pourrions progresser et nous rapprocher d'un cessez-le-feu opérationnel", a ajouté le ministre dans le quotidien autrichien Kurier.

Il a cependant tempéré les perspectives d'un possible déploiement de policiers armés de l'OSCE en zones rebelles, soulignant que cette demande, soutenue par Kiev, ne faisait pas consensus au sein des membres de l'organisation, dont font partie la Russie et l'Ukraine.

Les observateurs de l'OSCE, actuellement non armés, sont chargés de surveiller l'est de l'Ukraine depuis le début des hostilités en avril 2014 entre les forces ukrainiennes et des rebelles qui sont, selon Kiev et les Occidentaux, soutenus militairement par la Russie, ce que Moscou dément.

M. Kurz se rendra les 17 et 18 janvier à Kiev et à Moscou, a indiqué son entourage à l'AFP. Le ministre s'était rendu début janvier dans l'est de l'Ukraine.

"La situation est difficile ... mais les parties concernées ne sont pas satisfaites du statu quo, ce qui constitue un bon point de départ", a-t-il estimé jeudi lors d'une conférence de presse à Vienne, siège de l'OSCE, pour présenter les priorités de la présidence autrichienne.

Soulignant qu'il parlait en sa qualité de ministre autrichien, et non au titre de l'OSCE, Sebastian Kurz a réitéré son appel pour que les sanctions de l'UE contre la Russie soient assouplies "pas à pas" en fonction de "chaque évolution positive sur le terrain".

Il a également annoncé que la lutte contre la radicalisation islamiste sera l'une des priorités de la présidence tournante autrichienne, à travers la nomination d'un représentant spécial sur ce sujet, l'expert allemand Peter Neumann.

Selon M. Kurz, environ 10.000 citoyens des 57 pays membres de l'OSCE sont partis combattre aux côtés des jihadistes en Syrie et en Irak et l'hypothèse de leur retour représente un "risque majeur pour la sécurité".

stu/smk/pg