NOUVELLES
12/01/2017 05:29 EST | Actualisé 13/01/2018 00:12 EST

L'Iran reçoit son premier avion Airbus depuis la levée des sanctions

Un premier appareil Airbus, d'une commande de 100 avions finalisée après l'accord nucléaire avec les grandes puissances et la levée d'une partie des sanctions économiques, est arrivé jeudi à la mi-journée à l'aéroport Mehrabad de Téhéran, a constaté un journaliste de l'AFP.

Il s'agit d'un appareil A321 qui sera utilisé pour les vols intérieurs.

Le patron d'Iran Air, Farhad Parvaresh a déclaré qu'il s'agit du premier Airbus neuf acheté par l'Iran depuis 23 ans.

"En 1994, nous avions pu acheter deux Airbus", a dit M. Parvaresh lors de la cérémonie officielle organisée sur le tarmac de l'aéroport de Téhéran en présence du ministre iranien des Transports Abbas Akhoundi.

"Nous allons recevoir deux appareils A330 d'ici à la fin de l'année iranienne (20 mars 2017) et deux appareils A321 et A330 dans l'année qui suivra", a déclaré M. Akhoundi.

L'avion est parti du siège de l'avionneur européen à Toulouse (sud-ouest de la France) avec notamment à son bord le PDG de la division aviation commerciale d'Airbus, Fabrice Brégier.

Les sanctions américaines imposées contre l'Iran au lendemain de la révolution islamique de 1979 avaient pratiquement empêché Téhéran d'acheter des avions occidentaux, à quelques exceptions près.

La flotte iranienne compte déjà des appareils Airbus, qui ont pour la plupart au moins une quinzaine d'années d'ancienneté.

L'accord nucléaire conclu en juillet 2015 avec les grandes puissances, dont les Etats-Unis, a permis la levée d'une partie des sanctions internationales imposées à l'Iran, autorisant notamment la vente d'avions au pays.

Iran Air avait signé le 22 décembre une commande ferme de 100 appareils du constructeur Airbus pour un montant d'environ 20 milliards de dollars.

La commande, qui fait suite à un engagement signé en janvier 2016 à Paris, couvre 46 moyen-courrier A320, 38 long-courrier A330 et 16 A350.

Iran Air et l'avionneur américain Boeing avaient également signé le 11 décembre à Téhéran leur plus gros contrat depuis près de 40 ans, portant sur l'achat de 80 appareils destinés à remplacer une flotte iranienne vieillissante. Ce contrat a une valeur de 16,6 milliards de dollars.

L'Iran aura besoin de 400 à 500 avions de ligne dans la prochaine décennie, selon l'Organisation iranienne de l'aviation civile.

sgh/nbz