NOUVELLES
12/01/2017 16:10 EST | Actualisé 13/01/2018 00:12 EST

Erica Wiebe fait le plein d'émotions en Inde

Erica Wiebe a été invitée à participer à la deuxième saison de la IPWL (India's Pro Wrestling League), un tournoi qui se déroule à New Delhi du 2 au 19 janvier.

La lutteuse ontarienne est la capitaine de l'équipe des Maharathi de Mumbai, une des six équipes participantes, chacune composée de cinq athlètes locaux et de quatre invités.

Elle a notamment dans son équipe le médaillé de bronze des Jeux de Rio dans la catégorie des 74 kg, Jabrayil Hasanov d'Azerbaijan, et le double médaillé de bronze des Championnats du monde (2013 et 2015), Pavlo Oliinyk d'Ukraine.

Au moment d'écrire ces lignes, la championne olympique canadienne avait remporté ses quatre premiers combats, elle qui a reçu une prime de participation de 80 000 dollars dans le cadre d'un encan avant son premier combat.

« L'ambiance qui règne ici, je ne l'avais jamais vécue avant, a constaté Wiebe. Il y a plus de médias, plus de spectacle, plus de frénésie qu'aux Jeux olympiques. C'est une vitrine inouïe pour le sport de la lutte. »

Wiebe avait dit à Radio-Canada en décembre qu'elle y allait pour découvrir la culture indienne et vivre une expérience unique.

Elle n'est pas déçue. C'est une ligue qui visiblement en met plein la vue.

« Je veux vivre une aventure, mais je sais que j'ai de gros combats à disputer », a expliqué Wiebe.

Elle a d'ailleurs été coupée à l'arcade durant son combat face à Vasilisa Marzaliuk, l'athlète du Bélarus que Wiebe avait battue en demi-finale à Rio.

« Les réunions d'équipe se font dans la langue du pays, puis on nous traduit ce qui se dit, a-t-elle confié. Il a fallu qu'on s'habitue. Heureusement qu'il y a les logiciels de traduction ! »

L'équipe de Wiebe est parrainée par le célèbre joueur de cricket Harbhajan Singh, qui n'a pas voulu rater l'occasion de prendre un égoportrait avec la championne canadienne.

« Il y a en Inde une volonté évidente de promouvoir l'égalité entre hommes et femmes. On le voit dans la formation des équipes de la ligue, qui sont mixtes. On le voit aussi dans la vie de tous les jours. Ici, il y a dans les cinémas des séances réservées aux femmes pour qu'elles puissent se sentir libres de se laisser aller. »

Après cette expérience unique, Erica Wiebe retournera au Canada le 22 janvier pour y recommencer son entraînement en vue des Jeux de Tokyo en 2020.

L'Ontarienne partagera son expérience via Instagram au réseau anglais de Radio-Canada tout au long de la journée de vendredi.