NOUVELLES
12/01/2017 07:42 EST | Actualisé 13/01/2018 00:12 EST

Braquage Kardashian: parmi les dix suspects, de vieilles connaissances de la justice

Des hommes expérimentés, sexagénaires pour certains et connus dans le milieu du banditisme: tel est le profil des dix suspects, toujours interrogés jeudi dans l'enquête sur le braquage spectaculaire de la star américaine Kim Kardashian à Paris.

Quatre suspects, dont une femme, ont été relâchés dans la nuit de mercredi à jeudi. Parmi les dix personnes arrêtées lundi et toujours interrogées, cinq sont soupçonnées d'être celles qui ont pénétré armées dans la discrète résidence hôtelière de luxe à Paris où la vedette de téléréalité se trouvait sans son garde du corps, la nuit du 2 au 3 octobre.

Leur garde à vue peut durer jusqu'à vendredi, avant leur éventuelle inculpation par les juges d'instruction.

Certains des gardés à vue "ont reconnu" leur implication, a déclaré une source proche de l'enquête, sans autre précision.

Selon le scénario reconstitué par les enquêteurs, l'équipe soupçonnée d'avoir mené ce braquage avait de l'expérience. Le cadet de la bande a 54 ans, tandis que le plus âgé en a 72. Les trois autres sont sexagénaires. Tous sont déjà connus pour des affaires de banditisme.

Des truands "à l'ancienne", résume une source proche des investigations. Parmi ces cinq hommes, quatre ont déjà été condamnés dans les années 1980 ou 1990, pour vol aggravé, braquage ou trafic de stupéfiants, indique une autre source proche de l'enquête.

Les enquêteurs pensent tenir le "cerveau" de l'attaque, un homme de 60 ans dont l'ADN a été retrouvé dès le début des investigations sur un des liens qui ont servi à entraver Kim Kardashian. Surveillé par les policiers, ses contacts ont permis de remonter au reste de l'équipe.

L'un des autres suspects, 61 ans, surnommé "yeux bleus", est aussi une vieille connaissance de la police et de la justice. Il avait déjà été condamné en 2003 à huit ans et demi de prison dans une affaire de trafic international de cocaïne, soupçonné d'avoir réceptionné deux tonnes de drogue à l'aéroport parisien du Bourget.

Masqués et portant des blousons de police, les braqueurs avaient neutralisé le veilleur de nuit, puis deux d'entre eux étaient montés dans l'appartement de la star de 36 ans venue assister à Paris à la Fashion Week.

Après l'avoir ligotée, bâillonnée et enfermée dans la salle de bain, ses agresseurs étaient repartis avec une bague d'une valeur de quatre millions d'euros et un coffret de bijoux pour un montant de cinq millions.

Ce braquage spectaculaire, le plus important vol de bijoux commis au détriment d'un particulier en France depuis plus de 20 ans, avait fait en quelques heures le tour du monde et affolé les réseaux sociaux.

"Ils pensaient que ce serait le coup du siècle mais ont fait beaucoup d'erreurs", estime un enquêteur. Dans leur fuite, les agresseurs avaient notamment perdu un pendentif serti de diamants appartenant à la jeune femme.

Les quatre autres personnes interrogées sont des complices présumés, soupçonnés d'avoir renseigné les braqueurs sur l'emploi du temps de la star ou, pour l'un d'entre eux, d'être impliqué dans le recel et l'écoulement du butin. Les enquêteurs pensent avoir suivi la trace de ce dernier à Anvers, plaque tournante de la joaillerie, avec l'un des braqueurs présumés.

arb-rb/nal/thm/pg