NOUVELLES
12/01/2017 03:17 EST | Actualisé 13/01/2018 00:12 EST

A Manille, Shinzo Abe offre le soutien japonais à la guerre de Duterte contre la drogue

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe, en visite aux Philippines, a proposé jeudi d'aider le président Rodrigo Duterte dans sa très controversée guerre contre le trafic de drogue.

Le chef du gouvernement japonais est le premier dirigeant étranger à se rendre dans l'archipel depuis que Rodrigo Duterte en est devenu le président fin juin.

Ce dernier s'est attiré les foudres de nombreuses capitales étrangères pour la violente guerre qu'il a lancée contre le trafic de drogue et qui a fait au moins 6.000 morts en six mois.

Premier partenaire commercial des Philippines en 2015 avec 18 milliards de dollars de commerce, le Japon compte entretenir cette relation privilégiée.

M. Duterte s'était lui-même rendu en octobre à Tokyo, où il avait rencontré M. Abe.

La visite de deux jours de ce dernier aux Philippines a débuté jeudi par un accueil chaleureux au palais présidentiel de Manille.

"Au sujet de la lutte contre les stupéfiants, nous souhaitons travailler avec les Philippines pour réfléchir à des mesures d'aide appropriées", a déclaré M. Abe, ajoutant que Tokyo apporterait son aide au travers de programmes de traitement et d'"installations", sans donner plus de précisions.

- Une offre saluée par M. Duterte -

"Au moment où les Philippines poursuivent leur campagne pour détruire le commerce illégal de drogue, nous saluons l'expression d'intérêt montrée par le Japon pour soutenir les mesures visant à prendre en charge le coût social énorme de la toxicomanie", a déclaré le chef d'Etat philippin.

Rodrigo Duterte a remporté la présidentielle en annonçant une guerre antidrogue et promettant que 100.000 délinquants seraient assassinés. De nombreuses capitales étrangères et ONG s'alarment des informations faisant état de milliers d'exécutions extrajudiciaires.

Les Philippines, qui étaient auparavant sous domination américaine, ont subi entre 1942 et 1945 une occupation très dure de l'armée japonaise et ont été le théâtre de certains des combats les plus sanglants de la guerre en Asie.

Mais au fil des décennies, Manille et Tokyo sont devenus alliés. L'empereur du Japon avait réalisé en janvier 2016 aux Philippines une visite historique aux allures de pèlerinage sur les lieux de mémoire de la Seconde Guerre mondiale, 71 ans après la libération de l'archipel.

M. Abe entend de son côté profiter de son voyage pour maintenir des relations fortes avec Manille, au moment où le président philippin est en train de réorienter en direction de Pékin et Moscou la diplomatie de l'archipel, aligné jusqu'alors sur Washington, allié traditionnel du Japon.

Après sa visite de deux jours aux Philippines, M. Abe se rendra en Australie, en Indonésie et au Vietnam.

ajm/kma/jac/mdh